Le projet de loi sur le redressement des entreprises approuvé par les commissions de spécialité

  • Deputados no momento da votação
Luanda - Le projet de loi sur le régime juridique du redressement des entreprises et de l'insolvabilité a été approuvé à l'unanimité, ce jeudi, à Luanda, par les commissions de spécialité de l'Assemblée nationale (Parlement).

Préparé par le Ministère de la Justice et des Droits de l'homme, le document de 18 articles, qui a été examiné par les députés, a été approuvé avec 26 voix pour, aucune abstention et aucune voix contre.

La loi actuelle vise à réglementer le régime juridique du recouvrement des crédits, la procédure extrajudiciaire et judiciaire et la procédure d'insolvabilité des personnes physiques et morales en situation de difficultés économiques ou d'insolvabilité imminente.

L’ANGOP a appris que la loi s'applique, à savoir, aux sociétés commerciales, aux sociétés civiles sous forme commerciale, aux associations et fondations, aux sociétés civiles, aux coopératives, à ​​tout autre bien autonome et aux personnes physiques.

L’élaboration de la proposition susmentionnée résulte du fait que l'Angola est l'un des rares pays à ne pas disposer d'un régime juridique autonome en matière d'insolvabilité (Institut par lequel l'état de situation économique difficile ou de manque de liquidité d'une entreprise est déclaré par décision judiciaire).

Cependant, au niveau du système judiciaire national, le régime d'insolvabilité et de faillite est résumé dans le Code de procédure civile, qui n'est plus adapté à la réalité socio-économique actuelle du pays.

Préparé par le Ministère de la Justice et des Droits de l'homme, le document de 18 articles, qui a été examiné par les députés, a été approuvé avec 26 voix pour, aucune abstention et aucune voix contre.

La loi actuelle vise à réglementer le régime juridique du recouvrement des crédits, la procédure extrajudiciaire et judiciaire et la procédure d'insolvabilité des personnes physiques et morales en situation de difficultés économiques ou d'insolvabilité imminente.

L’ANGOP a appris que la loi s'applique, à savoir, aux sociétés commerciales, aux sociétés civiles sous forme commerciale, aux associations et fondations, aux sociétés civiles, aux coopératives, à ​​tout autre bien autonome et aux personnes physiques.

L’élaboration de la proposition susmentionnée résulte du fait que l'Angola est l'un des rares pays à ne pas disposer d'un régime juridique autonome en matière d'insolvabilité (Institut par lequel l'état de situation économique difficile ou de manque de liquidité d'une entreprise est déclaré par décision judiciaire).

Cependant, au niveau du système judiciaire national, le régime d'insolvabilité et de faillite est résumé dans le Code de procédure civile, qui n'est plus adapté à la réalité socio-économique actuelle du pays.