La proposition de révision de la Constitution sera examinée jeudi à l’Assemblée nationale

  • Les députés de l'Assemblée nationale approuvent le rapport sur la proposition de révision de la constitution.
Luanda - L'Assemblée nationale a approuvé ce mardi le rapport d'opinion sur la proposition de révision de la Constitution, et le document sera examiné jeudi prochain, lors de la 6e réunion plénière du parlement angolais.

Approuvé par les commissions concernées de l'Assemblée nationale (Affaires constitutionnelles et juridiques), le rapport d'avis sur le projet de révision ponctuelle de la Constitution a obtenu 17 voix pour, aucune contre et une abstention.

Dans la proposition de révision ponctuelle de la Constitution, le Président de la République est prié, à la fin de son mandat, de ne prendre aucune décision de fond, qui pourrait compromettre son successeur, et de créer la figure d'un gouvernement d’affaires courantes.

Dans le cadre de la proposition de révision, le débat parlementaire définira les critères et prendra une décision finale sur le modèle d'institutionnalisation des municipalités dans le pays.

Il est également proposé de clarifier le modèle de la relation entre le Président de la République et le Parlement, en ce qui concerne le contrôle politique, entre autres.

La proposition envisage également le droit de vote des Angolais à l'étranger, l'élimination du gradualisme dans la Constitution, l'affirmation de la Banque nationale d'Angola (BNA) en tant qu'entité administrative indépendante et la mise en place d'une période pour la tenue d'élections générales.

Approuvé par les commissions concernées de l'Assemblée nationale (Affaires constitutionnelles et juridiques), le rapport d'avis sur le projet de révision ponctuelle de la Constitution a obtenu 17 voix pour, aucune contre et une abstention.

Dans la proposition de révision ponctuelle de la Constitution, le Président de la République est prié, à la fin de son mandat, de ne prendre aucune décision de fond, qui pourrait compromettre son successeur, et de créer la figure d'un gouvernement d’affaires courantes.

Dans le cadre de la proposition de révision, le débat parlementaire définira les critères et prendra une décision finale sur le modèle d'institutionnalisation des municipalités dans le pays.

Il est également proposé de clarifier le modèle de la relation entre le Président de la République et le Parlement, en ce qui concerne le contrôle politique, entre autres.

La proposition envisage également le droit de vote des Angolais à l'étranger, l'élimination du gradualisme dans la Constitution, l'affirmation de la Banque nationale d'Angola (BNA) en tant qu'entité administrative indépendante et la mise en place d'une période pour la tenue d'élections générales.