La révision de la Constitution accroît la stabilité politique et gouvernementale

  • Ministre d'État et chef de la Maison Civile du Président de la République, Adão de Almeida
Luanda - La révision constitutionnelle ponctuelle d'initiative présidentielle vise à renforcer les institutions, la stabilité politique et l'efficacité du gouvernement.

La déclaration a été faite, mardi, par le Ministre d’État et chef de la Maison Civile du Président de la République, Adão de Almeida, dans l’émission «Grande Intrevista», de la Télévision publique angolaise (TPA).

Adão de Almeida a déclaré qu'il est nécessaire de clarifier la relation entre les organes souverains, bien qu'il n'y ait actuellement aucune situation d'invasion d’espaces de compétences ou de crises institutionnelles.

Il a souligné que la question de la révision constitutionnelle faisait déjà partie du discours politique, mais que seul le Président de la République, João Lourenço, a présenté une proposition avec des idées concrètes.

Dans l'interview, le gouvernant a dit que l'intention est d'introduire, dans le texte constitutionnel, la forme d'inspection politique du pouvoir exécutif, par des enquêtes, des audits ou des interpellations, au lieu de figurer uniquement dans le règlement intérieur de l'Assemblée nationale.

"Nous avons une bonne Constitution, mais elle peut être améliorée, en clarifiant les inexactitudes et en avançant dans de nombreux aspects, visant à répondre aux défis de développement du pays", a-t-il souligné.

Parmi les innovations, Adão de Almeida a pointé la proposition d'une plus grande indépendance de la Banque nationale d'Angola (BNA), en passant la nomination en entendant l'Assemblée nationale, alors que jusqu'à présent elle est de la compétence exclusive du Président de la République.

Il a également avancé le fait que le Chef de l'État perdrait une certaine marge d'appréciation lors de la définition de la date des élections, imposant des délais fixes de convocation, afin d'assurer une plus grande sécurité, objectivité et prévisibilité des élections.

«La Constitution doit avoir une longévité, pour garantir la stabilité de l'action gouvernementale et de la société. La revue se justifie par le conditionnement de certaines propositions, en imposant des changements à d'autres et par la nécessité de lui donner du dynamisme et de l'actualité, sans changer son identité », a-t-il justifié.

Il a montré que seule la révision peut soulever la question du gradualisme des élections municipales, que posent certaines forces politiques.

Selon le ministre d'État, la question des pouvoirs excessifs du Président de la République est un «mot à la mode politique», car il n'y a pas de cas d'usurpation de pouvoirs.

Il a indiqué que la nouvelle proposition empêcherait également le Chef de l'Etat de démissionner, durant un deuxième mandat, pour forcer un troisième.

Le début du processus de révision, a-t-il expliqué, doit avoir l'approbation des deux tiers des députés à l'Assemblée nationale, déterminant les conditions de son efficacité.

Adão de Almeida considère qu'il n'y a pas de "lien, ni de crainte" que la révision constitutionnelle ne mette en péril les prochaines élections générales, prévues en 2022.

La déclaration a été faite, mardi, par le Ministre d’État et chef de la Maison Civile du Président de la République, Adão de Almeida, dans l’émission «Grande Intrevista», de la Télévision publique angolaise (TPA).

Adão de Almeida a déclaré qu'il est nécessaire de clarifier la relation entre les organes souverains, bien qu'il n'y ait actuellement aucune situation d'invasion d’espaces de compétences ou de crises institutionnelles.

Il a souligné que la question de la révision constitutionnelle faisait déjà partie du discours politique, mais que seul le Président de la République, João Lourenço, a présenté une proposition avec des idées concrètes.

Dans l'interview, le gouvernant a dit que l'intention est d'introduire, dans le texte constitutionnel, la forme d'inspection politique du pouvoir exécutif, par des enquêtes, des audits ou des interpellations, au lieu de figurer uniquement dans le règlement intérieur de l'Assemblée nationale.

"Nous avons une bonne Constitution, mais elle peut être améliorée, en clarifiant les inexactitudes et en avançant dans de nombreux aspects, visant à répondre aux défis de développement du pays", a-t-il souligné.

Parmi les innovations, Adão de Almeida a pointé la proposition d'une plus grande indépendance de la Banque nationale d'Angola (BNA), en passant la nomination en entendant l'Assemblée nationale, alors que jusqu'à présent elle est de la compétence exclusive du Président de la République.

Il a également avancé le fait que le Chef de l'État perdrait une certaine marge d'appréciation lors de la définition de la date des élections, imposant des délais fixes de convocation, afin d'assurer une plus grande sécurité, objectivité et prévisibilité des élections.

«La Constitution doit avoir une longévité, pour garantir la stabilité de l'action gouvernementale et de la société. La revue se justifie par le conditionnement de certaines propositions, en imposant des changements à d'autres et par la nécessité de lui donner du dynamisme et de l'actualité, sans changer son identité », a-t-il justifié.

Il a montré que seule la révision peut soulever la question du gradualisme des élections municipales, que posent certaines forces politiques.

Selon le ministre d'État, la question des pouvoirs excessifs du Président de la République est un «mot à la mode politique», car il n'y a pas de cas d'usurpation de pouvoirs.

Il a indiqué que la nouvelle proposition empêcherait également le Chef de l'Etat de démissionner, durant un deuxième mandat, pour forcer un troisième.

Le début du processus de révision, a-t-il expliqué, doit avoir l'approbation des deux tiers des députés à l'Assemblée nationale, déterminant les conditions de son efficacité.

Adão de Almeida considère qu'il n'y a pas de "lien, ni de crainte" que la révision constitutionnelle ne mette en péril les prochaines élections générales, prévues en 2022.