SIC démantèle un réseau de trafic de cocaïne

  • Superintendente porta-voz do SIC, Manuel Halawaia
Luanda - Le Service des enquêtes criminelles (SIC, sigle en portugais) a confirmé, lundi, le démantèlement d'un réseau international de trafic de drogue, comme la cocaïne.

Le groupe, détenu jeudi dernier (04), dans le district urbain de Palanca, municipalité de Kilamba-Kiaxi, Luanda, comprenait sept individus, dont un portugais.

Selon le SIC, le  réseau est dirigé par un Angolais, un officier présumé (lieutenant) des Forces armées angolaises (FAA) et un agent de la Police nationale.

La drogue était transportée de l'aéroport de Guarulhos, dans l'État de São Paulo (Brésil), par des passagers sur des vols commerciaux TAAG (appelés mules), vers l'aéroport international 4 de Fevereiro, à Luanda.

S'adressant à la presse, le porte-parole du SIC, Manuel Halaiwa, a déclaré que le réseau avait des ramifications en Angola, au Brésil, au Congo démocratique et au Portugal.

Il a expliqué qu'à partir de la dernière action du groupe, menée en novembre dernier, des agents du SIC avaient saisi six kilogrammes de cocaïne à l'aéroport 4 de Fevereiro.

Il a rapporté que le chef du groupe, âgé de 49 ans, était suivi depuis 2018 et qu'au moment de sa capture, il avait 13 billets pour des billets TAAG, au nom de deux femmes (l’une d’entre elles était son épouse), trois téléphones portables, trois de cachets d’entreprises et deux permis de conduire de la RDC, à leur nom, entre autres actifs.

Selon la source, avant d’arriver aux mains du principal chef du groupe en Angola, la drogue était transporté par des personnes qui suivaient les instructions d’une chaîne organisée, avec plusieurs chefs à différents points.

Le chef principal avait pour mission de commercialiser le produit et de récompenser les mules et les receveurs avec des sommes d'argent, tandis que le citoyen portugais avait pour mission de recruter et d'assurer le transport de la drogue vers Luanda.

Entre-temps, de janvier à novembre dernier, neuf affaires pénales pour trafic de drogue ont été ouvertes, avec 15 détenus, dont quatre femmes (une de nationalité namibienne) et un homme ayant la double nationalité (angolaise et brésilienne).

Au cours de la période en question, 39 kilos et 94 grammes de cocaïne ont été saisis à l'aéroport international ‘‘4 de Fevereiro’’ à Luanda.

Pour arriver en Angola, la cocaïne était enroulée autour du corps ou dans plusieurs petits sacs, par leurs porteurs.

Le groupe, détenu jeudi dernier (04), dans le district urbain de Palanca, municipalité de Kilamba-Kiaxi, Luanda, comprenait sept individus, dont un portugais.

Selon le SIC, le  réseau est dirigé par un Angolais, un officier présumé (lieutenant) des Forces armées angolaises (FAA) et un agent de la Police nationale.

La drogue était transportée de l'aéroport de Guarulhos, dans l'État de São Paulo (Brésil), par des passagers sur des vols commerciaux TAAG (appelés mules), vers l'aéroport international 4 de Fevereiro, à Luanda.

S'adressant à la presse, le porte-parole du SIC, Manuel Halaiwa, a déclaré que le réseau avait des ramifications en Angola, au Brésil, au Congo démocratique et au Portugal.

Il a expliqué qu'à partir de la dernière action du groupe, menée en novembre dernier, des agents du SIC avaient saisi six kilogrammes de cocaïne à l'aéroport 4 de Fevereiro.

Il a rapporté que le chef du groupe, âgé de 49 ans, était suivi depuis 2018 et qu'au moment de sa capture, il avait 13 billets pour des billets TAAG, au nom de deux femmes (l’une d’entre elles était son épouse), trois téléphones portables, trois de cachets d’entreprises et deux permis de conduire de la RDC, à leur nom, entre autres actifs.

Selon la source, avant d’arriver aux mains du principal chef du groupe en Angola, la drogue était transporté par des personnes qui suivaient les instructions d’une chaîne organisée, avec plusieurs chefs à différents points.

Le chef principal avait pour mission de commercialiser le produit et de récompenser les mules et les receveurs avec des sommes d'argent, tandis que le citoyen portugais avait pour mission de recruter et d'assurer le transport de la drogue vers Luanda.

Entre-temps, de janvier à novembre dernier, neuf affaires pénales pour trafic de drogue ont été ouvertes, avec 15 détenus, dont quatre femmes (une de nationalité namibienne) et un homme ayant la double nationalité (angolaise et brésilienne).

Au cours de la période en question, 39 kilos et 94 grammes de cocaïne ont été saisis à l'aéroport international ‘‘4 de Fevereiro’’ à Luanda.

Pour arriver en Angola, la cocaïne était enroulée autour du corps ou dans plusieurs petits sacs, par leurs porteurs.