Le Chef de l’Etat angolais distingué par l'Union africaine

  • Le Président de la République, João Lourenço
Luanda - Le Président angolais, João Lourenço, a été distingué vendredi par l'Union africaine, avec le prix de reconnaissance aux chefs d'État et de gouvernement, dont les pays ont ratifié l'Accord pour la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZCLCA).

La cérémonie a eu lieu cet après-midi, au siège de l'organisation continentale. Le prix a été décerné au Représentant permanent de l'Angola auprès de l'Union africaine et à l'ambassadeur en Éthiopie, Francisco José da Cruz, au nom de l'homme d'État angolais.

La ZCLCA est entrée en vigueur le 1er janvier 2021. L'Angola fait partie des plus de 30 pays qui ont déjà ratifié l'Accord, après avoir effectué ledit dépôt auprès de la Commission de l'Union africaine le 4 novembre 2020.

Le Président João Lourenço figure parmi les premiers dirigeants africains à avoir signé l'Accord, dans le cadre du 10e Sommet extraordinaire de l'Union africaine, le 21 mars 2018, au Rwanda, dédié au lancement officiel de la ZCLCA.

La ZCLCA vise à créer un marché unique des biens et services, facilité par la circulation des personnes afin d'approfondir l'intégration économique du continent, conformément à la vision panafricaine d'une «Afrique pacifique, prospère et intégrée dans l’Agenda 2063».

 L'objectif est de contribuer à la circulation des capitaux et des personnes physiques, en facilitant les investissements basés sur des initiatives et des développements dans les États parties et les Communautés économiques régionales (CER).

Les objectifs comprennent également l'établissement des bases de la création d'une union douanière continentale, à un stade ultérieur, ainsi que le renforcement de la compétitivité des économies des États parties sur les marchés continental et mondial.

L'objectif est d'éliminer progressivement les barrières tarifaires et non tarifaires dans le commerce des marchandises, ainsi que de libéraliser progressivement le commerce des services.

La ZCLCA cherche à coopérer dans les domaines douaniers et à la mise en œuvre de mesures de facilitation des échanges et, également, à mettre en place un mécanisme de règlement des différends liés à leurs droits et obligations.

Parmi les 55 pays qui composent l'UA, seule l'Érythrée n'a pas signé l'Accord.

La cérémonie a eu lieu cet après-midi, au siège de l'organisation continentale. Le prix a été décerné au Représentant permanent de l'Angola auprès de l'Union africaine et à l'ambassadeur en Éthiopie, Francisco José da Cruz, au nom de l'homme d'État angolais.

La ZCLCA est entrée en vigueur le 1er janvier 2021. L'Angola fait partie des plus de 30 pays qui ont déjà ratifié l'Accord, après avoir effectué ledit dépôt auprès de la Commission de l'Union africaine le 4 novembre 2020.

Le Président João Lourenço figure parmi les premiers dirigeants africains à avoir signé l'Accord, dans le cadre du 10e Sommet extraordinaire de l'Union africaine, le 21 mars 2018, au Rwanda, dédié au lancement officiel de la ZCLCA.

La ZCLCA vise à créer un marché unique des biens et services, facilité par la circulation des personnes afin d'approfondir l'intégration économique du continent, conformément à la vision panafricaine d'une «Afrique pacifique, prospère et intégrée dans l’Agenda 2063».

 L'objectif est de contribuer à la circulation des capitaux et des personnes physiques, en facilitant les investissements basés sur des initiatives et des développements dans les États parties et les Communautés économiques régionales (CER).

Les objectifs comprennent également l'établissement des bases de la création d'une union douanière continentale, à un stade ultérieur, ainsi que le renforcement de la compétitivité des économies des États parties sur les marchés continental et mondial.

L'objectif est d'éliminer progressivement les barrières tarifaires et non tarifaires dans le commerce des marchandises, ainsi que de libéraliser progressivement le commerce des services.

La ZCLCA cherche à coopérer dans les domaines douaniers et à la mise en œuvre de mesures de facilitation des échanges et, également, à mettre en place un mécanisme de règlement des différends liés à leurs droits et obligations.

Parmi les 55 pays qui composent l'UA, seule l'Érythrée n'a pas signé l'Accord.