L'Union africaine veut réduire les risques de catastrophes naturelles sur le continent

  • La candidate angolaise au poste de commissaire à l'agriculture de la Commission de l'Union africaine (UA), Josefa Sacko
Luanda - La commissaire de l'Union africaine (UA), Josefa Sacko, a déclaré mardi à Ohrid (Macédoine du Nord) que l'organisation continentale s'employait à fournir un soutien technique aux États membres pour la mise en œuvre du programme d'action pour la réduction des risques de catastrophe en Afrique (2015-2030).

Selon une note de l'Union africaine (UA), à laquelle l'ANGOP a eu accès, Josefa Sacko, qui s'exprimait lors de la cérémonie d'ouverture de la 19e édition de l'exercice de gestion des conséquences des urgences civiles, organisée par l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), la dit que le soutien technique aux États membres comprend la mise en place d'une alerte précoce basée sur l'impact pour une action précoce à la lumière de la gestion des risques transfrontaliers.

La Commissaire de l'UA a informé qu'à cet effet, le continent africain se prépare à établir une salle de contrôle des catastrophes « multirisques » à Addis-Abeba afin de faciliter les actions d'alerte précoce et d'améliorer également la réponse aux catastrophes. et les États membres pour faire face à ce phénomène.

Josefa Sacko, qui a participé à l'événement en tant qu'envoyée spéciale de l'Union africaine, a estimé que l'expérience de l'organisation européenne était extrêmement importante pour aider le continent dans les actions de réponse aux catastrophes.

L'exercice de gestion des conséquences des urgences civiles de l'OTAN vise à démontrer la capacité de réaction institutionnelle et à aider la République de Macédoine du Nord à renforcer sa résilience grâce à la préparation aux catastrophes et à renforcer sa capacité à gérer les urgences.

Selon une note de l'Union africaine (UA), à laquelle l'ANGOP a eu accès, Josefa Sacko, qui s'exprimait lors de la cérémonie d'ouverture de la 19e édition de l'exercice de gestion des conséquences des urgences civiles, organisée par l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), la dit que le soutien technique aux États membres comprend la mise en place d'une alerte précoce basée sur l'impact pour une action précoce à la lumière de la gestion des risques transfrontaliers.

La Commissaire de l'UA a informé qu'à cet effet, le continent africain se prépare à établir une salle de contrôle des catastrophes « multirisques » à Addis-Abeba afin de faciliter les actions d'alerte précoce et d'améliorer également la réponse aux catastrophes. et les États membres pour faire face à ce phénomène.

Josefa Sacko, qui a participé à l'événement en tant qu'envoyée spéciale de l'Union africaine, a estimé que l'expérience de l'organisation européenne était extrêmement importante pour aider le continent dans les actions de réponse aux catastrophes.

L'exercice de gestion des conséquences des urgences civiles de l'OTAN vise à démontrer la capacité de réaction institutionnelle et à aider la République de Macédoine du Nord à renforcer sa résilience grâce à la préparation aux catastrophes et à renforcer sa capacité à gérer les urgences.