L'UNITA veut l'union des militants pour l’alternance du pouvoir

Huambo (Angola) - La vice-présidente de l'UNITA, Arlete Chimbinda, a exhorté lundi, à Huambo, les militants de son parti à être plus unis et plus cohésifs, afin de faire face aux prochains défis électoraux et à l'alternance du pouvoir politique.

Arlete Chimbinda, qui s'exprimait à l'ouverture de l'année politique de cette formation politique, a déclaré que le changement politique est le principal moyen d'améliorer la qualité de vie des Angolais.

"Nous sommes en 2021, une année cruciale dans l'histoire de l'Angola et de grandes transformations qui exigent avant tout du courage, de l'espoir et de l'unité de tous", a souligné la dirigeante.

De cette manière, Arlete Chimbinda a déploré la situation de vulnérabilité de nombreux Angolais, mettant l'accent sur la femme ambulante et les chauffeurs de mototaxi qui luttent quotidiennement pour subvenir aux besoins de leur famille.

Selon la vice-présidente de l'UNITA, qui intervenait en langue nationale umbundo, le problème du chômage a été à la base de l'augmentation du taux de délinquance juvénile dans le pays, dont la solution passe, incontestablement, dans l'alternance du pouvoir politique.

Au vu de cette réalité, la politicienne a suggéré la nécessité pour le gouvernement de créer des politiques concrètes pour promouvoir l'emploi, l'agriculture, l’écoulement des produits de la campagne vers la ville, ainsi que l'humanisation des soins de santé primaires et l'amélioration de la qualité de l'enseignement/apprentissage.

Arlete Chimbinda, qui s'exprimait à l'ouverture de l'année politique de cette formation politique, a déclaré que le changement politique est le principal moyen d'améliorer la qualité de vie des Angolais.

"Nous sommes en 2021, une année cruciale dans l'histoire de l'Angola et de grandes transformations qui exigent avant tout du courage, de l'espoir et de l'unité de tous", a souligné la dirigeante.

De cette manière, Arlete Chimbinda a déploré la situation de vulnérabilité de nombreux Angolais, mettant l'accent sur la femme ambulante et les chauffeurs de mototaxi qui luttent quotidiennement pour subvenir aux besoins de leur famille.

Selon la vice-présidente de l'UNITA, qui intervenait en langue nationale umbundo, le problème du chômage a été à la base de l'augmentation du taux de délinquance juvénile dans le pays, dont la solution passe, incontestablement, dans l'alternance du pouvoir politique.

Au vu de cette réalité, la politicienne a suggéré la nécessité pour le gouvernement de créer des politiques concrètes pour promouvoir l'emploi, l'agriculture, l’écoulement des produits de la campagne vers la ville, ainsi que l'humanisation des soins de santé primaires et l'amélioration de la qualité de l'enseignement/apprentissage.