L’UNITA salue la demande de pardon du Président João Lourenço aux victimes de conflits politiques

  • Président de l'Unita, Adalberto Costa Júnior
Luanda – Le leader de l’UNITA, Adalberto Costa Júnior, a salué vendredi, à Luanda, l’initiative du Président de la République, João Lourenço, de présenter les excuses publiques aux victimes de conflits politiques survenus de 1975 à 2002.

S'exprimant lors de la cérémonie d'ouverture d’un atelier des cadres de son parti, dans la municipalité de Viana, Adalberto Costa Júnior a estimé que le discours du Chef de l'État était pertinent, mais il a regretté, le fait qu’il ait invité aussi l’UNITA à présenter des excuses à la nation.

 

Mercredi dernier, João Lourenço s'est excusé et a demandé pardon à tous les Angolais, au nom de l'Etat, pour les victimes des conflits politiques, en particulier ceux du 27 mai 1977, sommairement exécutés à la suite d'une tentative de coup d'État manqué.

 

Concrètement, le Président de la République a évoqué Tito Chingungi, Wilson dos Santos et leurs familles, les courageuses femmes incendiées au camp de Jamba, les passagers du train Zenza-do-Itombe, les martyrs des villes de Cuito (Bié) et Huambo, et d’autres.

 

Adalberto Costa Júnior a répondu, en passant, que son parti "l'a déjà fait à plusieurs reprises, par l'intermédiaire de Jonas Savimbi (président fondateur), en avril 2001, à la 16è Conférence de l'UNITA, ainsi que par l'intermédiaire de Lukamba Gato et Isaías Samakuva, ce dernier en qualité du président du parti ".

   

Le discours de João Lourenço sur les victimes des conflits politiques a mis fin à une longue période de silence de l'Etat en relation avec certains événements qui ont lieu le 27 mai 1977, et qui ont abouti à la mort d'un nombre indéterminé de citoyens.

 

Après 44 ans, le Président de la République a clarifié qu'il s'agissait d'une tentative de coup d'État, perpétrée par des militants du MPLA, qui avait été repoussée de manière disproportionnée par les forces de défense et de sécurité de l'époque.

 

S'exprimant lors de la cérémonie d'ouverture d’un atelier des cadres de son parti, dans la municipalité de Viana, Adalberto Costa Júnior a estimé que le discours du Chef de l'État était pertinent, mais il a regretté, le fait qu’il ait invité aussi l’UNITA à présenter des excuses à la nation.

 

Mercredi dernier, João Lourenço s'est excusé et a demandé pardon à tous les Angolais, au nom de l'Etat, pour les victimes des conflits politiques, en particulier ceux du 27 mai 1977, sommairement exécutés à la suite d'une tentative de coup d'État manqué.

 

Concrètement, le Président de la République a évoqué Tito Chingungi, Wilson dos Santos et leurs familles, les courageuses femmes incendiées au camp de Jamba, les passagers du train Zenza-do-Itombe, les martyrs des villes de Cuito (Bié) et Huambo, et d’autres.

 

Adalberto Costa Júnior a répondu, en passant, que son parti "l'a déjà fait à plusieurs reprises, par l'intermédiaire de Jonas Savimbi (président fondateur), en avril 2001, à la 16è Conférence de l'UNITA, ainsi que par l'intermédiaire de Lukamba Gato et Isaías Samakuva, ce dernier en qualité du président du parti ".

   

Le discours de João Lourenço sur les victimes des conflits politiques a mis fin à une longue période de silence de l'Etat en relation avec certains événements qui ont lieu le 27 mai 1977, et qui ont abouti à la mort d'un nombre indéterminé de citoyens.

 

Après 44 ans, le Président de la République a clarifié qu'il s'agissait d'une tentative de coup d'État, perpétrée par des militants du MPLA, qui avait été repoussée de manière disproportionnée par les forces de défense et de sécurité de l'époque.