L'OMS réaffirme son soutien à la lutte angolaise contre le Covid-19

  • Ministro das Relações Exteriores, Téte António (à dir.), recebe em audiência representante da OMS em Angola, Djamila Cabral
Luanda - L'Organisation mondiale de la santé (OMS) va renforcer son soutien à l'Angola dans l'amélioration de l'accès à une santé de qualité et dans la lutte contre le Covid-19, a annoncé à Luanda, sa nouvelle représentante dans le pays, Djamila Cabral.

Selon la responsable, qui s'exprimait lors de l’acte de présentation des lettres de créance au ministre des Relations Extérieures, Téte António, le soutien comprend le renforcement de la capacité de dépistage et de détection des cas positifs de coronavirus.

Il prévoit également la formation de techniciens et l'acquisition d'équipements et de tests pour les laboratoires, l'achat de matériels essentiels pour lutter contre la maladie, la sensibilisation de la population aux mesures préventives, ainsi que le renforcement de la capacité nationale à maintenir les programmes de santé essentiels.

Depuis l'apparition des deux premiers cas de Covid-19 en Angola, le 21 mars de cette année, l'OMS a investi environ deux millions de dollars américains pour aider le gouvernement à se préparer et à répondre à l'urgence, dans différents piliers stratégiques.

Au cours des cinq dernières années, les investissements réalisés par l'OMS en appui au Gouvernement contribuent à l'amélioration de la santé dans le pays, notamment par des actions visant à renforcer le système de santé.

Cela comprend le développement des ressources humaines, l'élaboration et la mise à jour de politiques, de plans stratégiques et de normes concernant la santé maternelle et infantile, le paludisme, le VIH / sida, la tuberculose, l'hépatite B et les maladies tropicales négligées.

L'OMS a également travaillé au renforcement du système d'information et de recherche en santé, à l'amélioration du système national de vaccination et d'éradication de la poliomyélite, à la mise en œuvre du système d'alerte précoce, à l'élaboration de stratégies de gestion des risques et à la réponse aux épidémies et aux urgences de santé publique.

Pour l'exercice biennal 2020/2021, l'organisation et le ministère de la Santé ont défini comme priorités qui guideront le travail conjoint, l’appui à l’amélioration de l’accès aux services essentiels de santé de qualité, le renforcement de la préparation et la réponse aux urgences de santé publique, la réduction des facteurs de risque pour la santé grâce à une action multisectorielle et l’affermissement des capacités de production et d’utilisation des données et l’innovation.

Au total, l'OMS prévoit d'investir 42 millions de dollars EU pour mettre en œuvre les actions stratégiques prévues.

Selon Djamila Cabral, l'Angola peut compter sur son soutien inconditionnel pour renforcer les actions en cours de lutte contre le Covid-19 et accélérer les actions visant à atteindre la couverture sanitaire universelle.

"Je suis très honorée de pouvoir servir l'Angola. Nous continuerons à travailler dur avec tous les partenaires clés, pour intensifier notre contribution à l'amélioration de la santé des Angolais, dans le cadre de la réalisation des objectifs de développement durable".

À son tour, le ministre des Relations Extérieures, Téte António, a déclaré que le Gouvernement angolais considérait l'OMS comme un partenaire crucial, avec lequel il développe un excellent partenariat, non seulement pour le travail positif accompli pour soutenir la lutte contre le Covid-19, mais surtout pour le professionnalisme manifesté au cours de plusieurs années de travail commun, en faveur de la santé et du bien-être des Angolais.

"La nouvelle représentante de l'OMS arrive dans notre pays à un moment crucial où la pandémie de Covid-19 touche tout le monde et nécessite le soutien de tous", a indiqué le ministre.

"Je veux vous transmettre nos souhaits de bienvenue, et le soutien inconditionnel pour travailler ensemble, innover, lutter contre le coronavirus, et garantir l'amélioration de la santé de notre population".

Djamila Cabral, de nationalité guinéenne, est titulaire d'un doctorat en médecine depuis 1987 de l'Université de São Paulo, Brésil, et d'un Master en démographie de l'Université catholique de Louvain, Belgique.

Outre l'Angola, elle a été représentante de l'OMS au Mozambique, au Burkina Faso et en Côte d'Ivoire, et coordonnatrice de l'équipe d'appui inter-pays de l'OMS pour l'Afrique de l'Ouest.

Selon la responsable, qui s'exprimait lors de l’acte de présentation des lettres de créance au ministre des Relations Extérieures, Téte António, le soutien comprend le renforcement de la capacité de dépistage et de détection des cas positifs de coronavirus.

Il prévoit également la formation de techniciens et l'acquisition d'équipements et de tests pour les laboratoires, l'achat de matériels essentiels pour lutter contre la maladie, la sensibilisation de la population aux mesures préventives, ainsi que le renforcement de la capacité nationale à maintenir les programmes de santé essentiels.

Depuis l'apparition des deux premiers cas de Covid-19 en Angola, le 21 mars de cette année, l'OMS a investi environ deux millions de dollars américains pour aider le gouvernement à se préparer et à répondre à l'urgence, dans différents piliers stratégiques.

Au cours des cinq dernières années, les investissements réalisés par l'OMS en appui au Gouvernement contribuent à l'amélioration de la santé dans le pays, notamment par des actions visant à renforcer le système de santé.

Cela comprend le développement des ressources humaines, l'élaboration et la mise à jour de politiques, de plans stratégiques et de normes concernant la santé maternelle et infantile, le paludisme, le VIH / sida, la tuberculose, l'hépatite B et les maladies tropicales négligées.

L'OMS a également travaillé au renforcement du système d'information et de recherche en santé, à l'amélioration du système national de vaccination et d'éradication de la poliomyélite, à la mise en œuvre du système d'alerte précoce, à l'élaboration de stratégies de gestion des risques et à la réponse aux épidémies et aux urgences de santé publique.

Pour l'exercice biennal 2020/2021, l'organisation et le ministère de la Santé ont défini comme priorités qui guideront le travail conjoint, l’appui à l’amélioration de l’accès aux services essentiels de santé de qualité, le renforcement de la préparation et la réponse aux urgences de santé publique, la réduction des facteurs de risque pour la santé grâce à une action multisectorielle et l’affermissement des capacités de production et d’utilisation des données et l’innovation.

Au total, l'OMS prévoit d'investir 42 millions de dollars EU pour mettre en œuvre les actions stratégiques prévues.

Selon Djamila Cabral, l'Angola peut compter sur son soutien inconditionnel pour renforcer les actions en cours de lutte contre le Covid-19 et accélérer les actions visant à atteindre la couverture sanitaire universelle.

"Je suis très honorée de pouvoir servir l'Angola. Nous continuerons à travailler dur avec tous les partenaires clés, pour intensifier notre contribution à l'amélioration de la santé des Angolais, dans le cadre de la réalisation des objectifs de développement durable".

À son tour, le ministre des Relations Extérieures, Téte António, a déclaré que le Gouvernement angolais considérait l'OMS comme un partenaire crucial, avec lequel il développe un excellent partenariat, non seulement pour le travail positif accompli pour soutenir la lutte contre le Covid-19, mais surtout pour le professionnalisme manifesté au cours de plusieurs années de travail commun, en faveur de la santé et du bien-être des Angolais.

"La nouvelle représentante de l'OMS arrive dans notre pays à un moment crucial où la pandémie de Covid-19 touche tout le monde et nécessite le soutien de tous", a indiqué le ministre.

"Je veux vous transmettre nos souhaits de bienvenue, et le soutien inconditionnel pour travailler ensemble, innover, lutter contre le coronavirus, et garantir l'amélioration de la santé de notre population".

Djamila Cabral, de nationalité guinéenne, est titulaire d'un doctorat en médecine depuis 1987 de l'Université de São Paulo, Brésil, et d'un Master en démographie de l'Université catholique de Louvain, Belgique.

Outre l'Angola, elle a été représentante de l'OMS au Mozambique, au Burkina Faso et en Côte d'Ivoire, et coordonnatrice de l'équipe d'appui inter-pays de l'OMS pour l'Afrique de l'Ouest.