“L’Angola tient à promouvoir la dignité humaine” – Ana Celeste

  • La secrétaire d’État chargée des Droits humains, Ana Celeste
Dundo – La secrétaire d’État chargée des Droits humains, Ana Celeste, a déclaré vendredi, à Dundo, province de Lunda Norte, que l’Angola se préoccupe à promouvoir de plus en plus, les principes de la sauvegarde de la dignité, de l’égalité, de la justice et de la liberté, du maintien de la paix et de la construction des sociétés fortes.

Ana Celeste a fait cette annonce, lors de l’ouverture de la Conférence Nationale sur la situation des réfugiés en Angola, organisée par la Faculté de l’Université Lueji A’nkonde, faisant savoir que le Gouvernement angolais considère les droits humains comme une question de sécurité nationale.

 

L’Angola, a-t-elle assuré, continuera de défendre et de protéger les droits de l’homme, de prévenir et de faire en sorte qu’ils ne soient pas violés, et en cas de viol, que le violeur soit soumis devant la loi.

 

Pour renforcer et garantir le respect des droits de l’homme en Angola, il a été créé dans les 18 provinces, des comités provinciaux et municipaux, dont 70 fonctionnent déjà.

 

Ainsi donc, il faut qu'il y ait une plus grande implication de la société civile dans la prévention et la lutte contre la violation des droits humains, et en particulier, contre les demandeurs d’asile et ceux qui se réfugient dans notre pays, a-t-elle souligné.

                                                                     

La violation des droits ou d’éventuels cas de xénophobie aux citoyens étrangers en Angola, doivent toujours être signalés, afin que les auteurs soient toujours traduits en justice.

 

 

Ana Celeste a fait cette annonce, lors de l’ouverture de la Conférence Nationale sur la situation des réfugiés en Angola, organisée par la Faculté de l’Université Lueji A’nkonde, faisant savoir que le Gouvernement angolais considère les droits humains comme une question de sécurité nationale.

 

L’Angola, a-t-elle assuré, continuera de défendre et de protéger les droits de l’homme, de prévenir et de faire en sorte qu’ils ne soient pas violés, et en cas de viol, que le violeur soit soumis devant la loi.

 

Pour renforcer et garantir le respect des droits de l’homme en Angola, il a été créé dans les 18 provinces, des comités provinciaux et municipaux, dont 70 fonctionnent déjà.

 

Ainsi donc, il faut qu'il y ait une plus grande implication de la société civile dans la prévention et la lutte contre la violation des droits humains, et en particulier, contre les demandeurs d’asile et ceux qui se réfugient dans notre pays, a-t-elle souligné.

                                                                     

La violation des droits ou d’éventuels cas de xénophobie aux citoyens étrangers en Angola, doivent toujours être signalés, afin que les auteurs soient toujours traduits en justice.