L'Angola assume la présidence du Conseil des ministres de la ZAMCOM

  • Le ministre de l'Énergie et de l'Eau, João Baptista Borges
Luanda - L'Angola a assumé, ce jeudi, pour la deuxième fois, la présidence du Conseil des ministres de la Commission permanente du cours d'eau du Zambèze (ZAMCOM).

L'élection de l'Angola a eu lieu lors de la huitième réunion du Conseil des ministres de la ZAMCOM, qui s'est tenue, par vidéoconférence, avec la participation du ministre de l'Énergie et de l'Eau, João Baptista Borges.

 

Cette réunion des ministres a été précédée par la réunion des responsables techniques du Zambèze au cours de laquelle l'Institut national des ressources en eau (INRH) a assumé la présidence du Comité technique de la ZAMCOM.

 

 João Baptista Borges a déclaré que l'Angola assume la présidence de l'organisation à un moment qu’elle a déjà atteint certains développements, notamment avec l’élaboration du Plan stratégique pour l'ensemble du bassin du Zambèze.

 

Le ministre a aussi appelé les États membres à déployer des efforts pour atteindre les objectifs de l'organisation, tout en alertant les membres sur l'attention qui devrait être accordée au PIDACC - Zambèze, le programme de développement intégré et de changement climatique dans le bassin du Zambèze.

 

A son avis, les États membres devraient maintenir l'esprit d'appartenance à la ZAMCOM, en mettant l'accent sur le versement de contributions financières annuelles.

 

L'élection de l'Angola a eu lieu lors de la huitième réunion du Conseil des ministres de la ZAMCOM, qui s'est tenue, par vidéoconférence, avec la participation du ministre de l'Énergie et de l'Eau, João Baptista Borges.

 

Cette réunion des ministres a été précédée par la réunion des responsables techniques du Zambèze au cours de laquelle l'Institut national des ressources en eau (INRH) a assumé la présidence du Comité technique de la ZAMCOM.

 

 João Baptista Borges a déclaré que l'Angola assume la présidence de l'organisation à un moment qu’elle a déjà atteint certains développements, notamment avec l’élaboration du Plan stratégique pour l'ensemble du bassin du Zambèze.

 

Le ministre a aussi appelé les États membres à déployer des efforts pour atteindre les objectifs de l'organisation, tout en alertant les membres sur l'attention qui devrait être accordée au PIDACC - Zambèze, le programme de développement intégré et de changement climatique dans le bassin du Zambèze.

 

A son avis, les États membres devraient maintenir l'esprit d'appartenance à la ZAMCOM, en mettant l'accent sur le versement de contributions financières annuelles.