La décharge de Mulenvos «vaut» 75 millions USD

  • Déchets solides
Luanda - Soixante-quinze millions de dollars, c'est la valeur qu'une entreprise doit avoir, comme garantie, pour remporter l'appel d'offres public international pour transformer la décharge de Mulenvos (ASM) en centre de valorisation des déchets, ont annoncé, ce vendredi, à Luanda, les autorités angolaises.

Ce montant permettra également, à l’entreprise, de produire des engrais et d'énergie, en vue de dynamiser l'économie circulaire, a appris l’Angop.

Selon le directeur du Cabinet des partenariats public-privés (PPP) du ministère de l'Économie et du Plan, Augusto Dembo, la capacité financière d'investir avec des fonds propres devrait être d'environ 20 millions de dollars.

Il a expliqué que le reste du capital pourrait être obtenu grâce au soutien des institutions financières car, en plus de la capacité monétaire, il existait également d'autres critères en termes de capacité technique de l'entreprise, comme l'expérience de développement / exploration de ce type de décharge.

Augusto Dembo, qui s’exprimait à l’ANGOP ce vendredi, en marge du lancement du concours, qui se clôture dans 29 jours, a déclaré que l'un des critères était la capacité à transformer le biogaz pour produire de l'énergie et créer des infrastructures pour ne pas dépendre du réseau public.

Le directeur du Cabinet des partenariats public-privés du ministère de l'Économie et du Plan a ajouté que l'entreprise devrait également assurer la continuité des 150 employés qui travaillent, à ce moment, dans un régime de trois équipes quotidiennes.

Il a fait savoir que depuis la publication de l'appel d'offres, le 29 mars de cette année, 89 manifestations d'intérêt ont été reçues, dont 52 de sociétés nationales et 37 de sociétés internationales, notamment de France, Suède, Italie, Afrique du Sud et Namibie.

Ce montant permettra également, à l’entreprise, de produire des engrais et d'énergie, en vue de dynamiser l'économie circulaire, a appris l’Angop.

Selon le directeur du Cabinet des partenariats public-privés (PPP) du ministère de l'Économie et du Plan, Augusto Dembo, la capacité financière d'investir avec des fonds propres devrait être d'environ 20 millions de dollars.

Il a expliqué que le reste du capital pourrait être obtenu grâce au soutien des institutions financières car, en plus de la capacité monétaire, il existait également d'autres critères en termes de capacité technique de l'entreprise, comme l'expérience de développement / exploration de ce type de décharge.

Augusto Dembo, qui s’exprimait à l’ANGOP ce vendredi, en marge du lancement du concours, qui se clôture dans 29 jours, a déclaré que l'un des critères était la capacité à transformer le biogaz pour produire de l'énergie et créer des infrastructures pour ne pas dépendre du réseau public.

Le directeur du Cabinet des partenariats public-privés du ministère de l'Économie et du Plan a ajouté que l'entreprise devrait également assurer la continuité des 150 employés qui travaillent, à ce moment, dans un régime de trois équipes quotidiennes.

Il a fait savoir que depuis la publication de l'appel d'offres, le 29 mars de cette année, 89 manifestations d'intérêt ont été reçues, dont 52 de sociétés nationales et 37 de sociétés internationales, notamment de France, Suède, Italie, Afrique du Sud et Namibie.