L'Exécutif demande le soutien de la BM pour étendre le réseau ADECOS dans le pays

 
  
  • Huíla: Governo procede entrega  motorizadas à Polícia Nacional
Luanda – Le Gouvernement angolais a demandé ce lundi, le soutien de la Banque mondiale (BM) pour étendre le réseau d'agents de développement communautaire et sanitaire (ADECOS) dans tout le pays, en tenant compte du rôle important qu'ils jouent dans les communautés où ils opèrent dans la lutte contre la pauvreté et la promotion du bien-être des communautés.

Les ADECOS sont des citoyens locaux sélectionnés, formés et dotés des connaissances nécessaires pour travailler sous la supervision du Fonds d’appui social (FAS) pour l’identification et soutien dans la résolution des difficultés dans les domaines de l'éducation, de la santé et de l'assainissement de base dans la communauté, avec un accent particulier sur les plus nécessiteux.

Les données disponibles indiquent que le FAS compte actuellement 1 183 ADECOS, dans un total de 54 équipes, engagées dans le processus de mise en œuvre du Kwenda.

Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme de Renforcement de la Protection Sociale « Kwenda », ADECOS travaillent dans le processus de sensibilisation et d'enregistrement des bénéficiaires, ainsi que dans la distribution de l'aide.

Selon la ministre d'État chargée du secteur social, Carolina Cerqueira, qui s'exprimait lors d'une audience avec le directeur régional de la Banque mondiale pour l'Angola, Jean Christople Carret, l'augmentation des ADECOS fait partie de la stratégie de l'Exécutif pour compléter les programmes en exécution, dans le volet social, compte tenu de l'expérience positive acquise dans la mise en œuvre du Kwenda dans les zones d'intervention sociale.

Carolina Cerqueira a souligné l'action des ADECOS, car ils constituent le pont entre l'Exécutif et les communautés dans la mise en œuvre de projets au profit des familles les plus vulnérables.

Concernant la demande de l'Exécutif angolais, Jean Christople Carret a exprimé la volonté de la BM de soutenir la demande, compte tenu des résultats obtenus avec le Kwenda et du rôle des ADECOS dans ce domaine, une référence que l'institution financière internationale considère comme très positive.

Le haut responsable de la Banque mondiale a considéré comme louable la manière transparente et le niveau d'exécution du Kwenda, le citant comme exemple de bonnes pratiques dans la mise en œuvre des programmes de transferts sociaux, un facteur qui augmente la crédibilité de l'Exécutif angolais sur la scène internationale, ainsi que la confiance des bénéficiaires.

Jean Christople Carret a indiqué avoir également reçu des informations de la Ministre Carolina Cerqueira sur les actions de l'Exécutif dans la lutte contre la sécheresse dans le sud du pays, sur le programme d'inclusion des jeunes filles dans le processus d'enseignement et d'apprentissage, en vue de la lutte contre le décrochage scolaire, ainsi que des informations sur les programmes en cours de réduction de la pauvreté et les efforts de l'Exécutif pour vacciner et lutter contre le Covid-19.

L'objectif du programme Kwenda pour l'année en cours est d'enregistrer 700 000 bénéficiaires et, en juin, 407 814 bénéficiaires étaient contrôlés, dans un total de 15 000 ménages.

L'Exécutif entend atteindre 300 000 ménages d'ici la fin de l'année en cours à travers ce vaste programme, qui comprend, en plus des transferts sociaux financiers, la municipalisation de l'action sociale, un registre social unique et l'inclusion productive des familles.

À l'initiative du gouvernement angolais, le Kwenda vise à soutenir les familles en situation de pauvreté et de vulnérabilité dans les 18 provinces, ayant comme composante des transferts monétaires sociaux, l'attribution d'un revenu de 25 500 kwanzas par trimestre.

Il comprend l'Inclusion Productive, qui soutient des initiatives économiques viables, la municipalisation de l'Action Sociale, qui crée les Centres d'Action Sociale Intégrés (CASI) et le renforcement du registre social unique, qui consiste en la création d'une base de données des citoyens dans une situation de pauvreté et de vulnérabilité afin qu'ils puissent bénéficier des initiatives de l'État.

Évalué à 420 millions de dollars, le Kwenda est financé à 320 millions de dollars par la Banque mondiale et les 100 millions de dollars restants par le Trésor national.

Les ADECOS sont des citoyens locaux sélectionnés, formés et dotés des connaissances nécessaires pour travailler sous la supervision du Fonds d’appui social (FAS) pour l’identification et soutien dans la résolution des difficultés dans les domaines de l'éducation, de la santé et de l'assainissement de base dans la communauté, avec un accent particulier sur les plus nécessiteux.

Les données disponibles indiquent que le FAS compte actuellement 1 183 ADECOS, dans un total de 54 équipes, engagées dans le processus de mise en œuvre du Kwenda.

Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme de Renforcement de la Protection Sociale « Kwenda », ADECOS travaillent dans le processus de sensibilisation et d'enregistrement des bénéficiaires, ainsi que dans la distribution de l'aide.

Selon la ministre d'État chargée du secteur social, Carolina Cerqueira, qui s'exprimait lors d'une audience avec le directeur régional de la Banque mondiale pour l'Angola, Jean Christople Carret, l'augmentation des ADECOS fait partie de la stratégie de l'Exécutif pour compléter les programmes en exécution, dans le volet social, compte tenu de l'expérience positive acquise dans la mise en œuvre du Kwenda dans les zones d'intervention sociale.

Carolina Cerqueira a souligné l'action des ADECOS, car ils constituent le pont entre l'Exécutif et les communautés dans la mise en œuvre de projets au profit des familles les plus vulnérables.

Concernant la demande de l'Exécutif angolais, Jean Christople Carret a exprimé la volonté de la BM de soutenir la demande, compte tenu des résultats obtenus avec le Kwenda et du rôle des ADECOS dans ce domaine, une référence que l'institution financière internationale considère comme très positive.

Le haut responsable de la Banque mondiale a considéré comme louable la manière transparente et le niveau d'exécution du Kwenda, le citant comme exemple de bonnes pratiques dans la mise en œuvre des programmes de transferts sociaux, un facteur qui augmente la crédibilité de l'Exécutif angolais sur la scène internationale, ainsi que la confiance des bénéficiaires.

Jean Christople Carret a indiqué avoir également reçu des informations de la Ministre Carolina Cerqueira sur les actions de l'Exécutif dans la lutte contre la sécheresse dans le sud du pays, sur le programme d'inclusion des jeunes filles dans le processus d'enseignement et d'apprentissage, en vue de la lutte contre le décrochage scolaire, ainsi que des informations sur les programmes en cours de réduction de la pauvreté et les efforts de l'Exécutif pour vacciner et lutter contre le Covid-19.

L'objectif du programme Kwenda pour l'année en cours est d'enregistrer 700 000 bénéficiaires et, en juin, 407 814 bénéficiaires étaient contrôlés, dans un total de 15 000 ménages.

L'Exécutif entend atteindre 300 000 ménages d'ici la fin de l'année en cours à travers ce vaste programme, qui comprend, en plus des transferts sociaux financiers, la municipalisation de l'action sociale, un registre social unique et l'inclusion productive des familles.

À l'initiative du gouvernement angolais, le Kwenda vise à soutenir les familles en situation de pauvreté et de vulnérabilité dans les 18 provinces, ayant comme composante des transferts monétaires sociaux, l'attribution d'un revenu de 25 500 kwanzas par trimestre.

Il comprend l'Inclusion Productive, qui soutient des initiatives économiques viables, la municipalisation de l'Action Sociale, qui crée les Centres d'Action Sociale Intégrés (CASI) et le renforcement du registre social unique, qui consiste en la création d'une base de données des citoyens dans une situation de pauvreté et de vulnérabilité afin qu'ils puissent bénéficier des initiatives de l'État.

Évalué à 420 millions de dollars, le Kwenda est financé à 320 millions de dollars par la Banque mondiale et les 100 millions de dollars restants par le Trésor national.