L'ancien modèle d'embauche d'entreprises de collecte d’ordures n'est pas viable (gouvernement)

  • Vera Daves,  Ministre des Finances
Luanda - La ministre des Finances, Vera Daves, a jugé, ce samedi, insoutenable et peu pratique l'ancien modèle de recrutement des opérateurs de nettoyage et d'assainissement de base de Luanda.

Pour la ministre, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse promue par l'exécutif pour aborder le problème des ordures à Luanda, l'ancien modèle signé avec les entreprises de collecte des déchets solides à Luanda s'est avéré peu pratique au vu de la situation financière actuelle du pays.

Entre 2018 et 2020, le gouvernement provincial de Luanda a accumulé une dette de plus de 200 milliards de kwanzas envers les opérateurs de nettoyage.

Le problème des ordures à Luanda a commencé à s'aggraver en janvier 2021, après que le gouvernement provincial a suspendu les contrats avec les opérateurs de nettoyage.

La mesure reposait sur l'incapacité des autorités provinciales à continuer de payer les opérateurs en devises et au taux de change du jour, comme le stipulaient les contrats signés en 2016.

Vera Daves a déclaré que le gouvernement était en train de négocier avec les entreprises des moyens de régler la dette.

Pour remplacer les entreprises, un appel d'offres public a été lancé suite à l'arrêté présidentiel du 23 février, qui autorise les dépenses et officialise l'ouverture de la procédure de passation des marchés d'urgence d'un montant de 34.885.662.022 pour les services de nettoyage et collecte des déchets solides.

Le processus d'embauche de nouveaux opérateurs, qui a débuté le 24 février 2021, a réuni 69 entreprises, dont 39 respectaient les exigences. Parmi ceux-ci, sept ont été retenus.

La province de Luanda produit au moins 6 800 tonnes de déchets solides par jour, qui étaient collectés, jusqu’à l’année dernière (2020), par six entreprises de nettoiement.

Depuis janvier dernier, la collecte des ordures se fait «par intermittence», ce qui a entraîné une importante accumulation de déchets solides dans pratiquement toutes les municipalités.

Pour la ministre, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse promue par l'exécutif pour aborder le problème des ordures à Luanda, l'ancien modèle signé avec les entreprises de collecte des déchets solides à Luanda s'est avéré peu pratique au vu de la situation financière actuelle du pays.

Entre 2018 et 2020, le gouvernement provincial de Luanda a accumulé une dette de plus de 200 milliards de kwanzas envers les opérateurs de nettoyage.

Le problème des ordures à Luanda a commencé à s'aggraver en janvier 2021, après que le gouvernement provincial a suspendu les contrats avec les opérateurs de nettoyage.

La mesure reposait sur l'incapacité des autorités provinciales à continuer de payer les opérateurs en devises et au taux de change du jour, comme le stipulaient les contrats signés en 2016.

Vera Daves a déclaré que le gouvernement était en train de négocier avec les entreprises des moyens de régler la dette.

Pour remplacer les entreprises, un appel d'offres public a été lancé suite à l'arrêté présidentiel du 23 février, qui autorise les dépenses et officialise l'ouverture de la procédure de passation des marchés d'urgence d'un montant de 34.885.662.022 pour les services de nettoyage et collecte des déchets solides.

Le processus d'embauche de nouveaux opérateurs, qui a débuté le 24 février 2021, a réuni 69 entreprises, dont 39 respectaient les exigences. Parmi ceux-ci, sept ont été retenus.

La province de Luanda produit au moins 6 800 tonnes de déchets solides par jour, qui étaient collectés, jusqu’à l’année dernière (2020), par six entreprises de nettoiement.

Depuis janvier dernier, la collecte des ordures se fait «par intermittence», ce qui a entraîné une importante accumulation de déchets solides dans pratiquement toutes les municipalités.