Les journalistes angolais reçoivent la carte de presse

  • Le journaliste Josué Isaías reçoit sa carte de presse
Luanda - Le journalisme angolais est entré dans une nouvelle étape vendredi, avec le début de l'attribution de la carte d’identité professionnelle, un document qui permet au journaliste de prouver leur activité dans le pays.

Les premières cartes de presse ont été attribuées symboliquement, à Luanda, aux journalistes Siona Casimiro, Rui Ramos et Maria Luísa Fançony, pour les longues années consacrées à la profession.

L'événement, selon la présidente du Comité du portefeuille et d'éthique, l'organe responsable de l'accréditation des professionnels des médias en Angola, Luísa Rogério, représente une étape importante dans une profession dont les performances influencent le fonctionnement normal d'autres activités sociales.

Luísa Rogério a déclaré que la carte n'est pas seulement un document d'identification, mais un engagement du professionnel envers le code d'éthique et de déontologie qui régit la profession.

Selon elle, le journalisme est une activité transversale dans la vie de la société car il renforce la pluralité des idées et la liberté d'expression, piliers de l'État démocratique et légal.

Présent à cette cérémonie, le ministre des Télécommunications, des Technologies de l'Information et de la Communication Sociale, Manuel Homem, a salué l'acte, soulignant que l'attribution de la carte résoudra le problème de l'organisation de l'activité des journalistes en Angola.

 

 

 

Les premières cartes de presse ont été attribuées symboliquement, à Luanda, aux journalistes Siona Casimiro, Rui Ramos et Maria Luísa Fançony, pour les longues années consacrées à la profession.

L'événement, selon la présidente du Comité du portefeuille et d'éthique, l'organe responsable de l'accréditation des professionnels des médias en Angola, Luísa Rogério, représente une étape importante dans une profession dont les performances influencent le fonctionnement normal d'autres activités sociales.

Luísa Rogério a déclaré que la carte n'est pas seulement un document d'identification, mais un engagement du professionnel envers le code d'éthique et de déontologie qui régit la profession.

Selon elle, le journalisme est une activité transversale dans la vie de la société car il renforce la pluralité des idées et la liberté d'expression, piliers de l'État démocratique et légal.

Présent à cette cérémonie, le ministre des Télécommunications, des Technologies de l'Information et de la Communication Sociale, Manuel Homem, a salué l'acte, soulignant que l'attribution de la carte résoudra le problème de l'organisation de l'activité des journalistes en Angola.