Plus de 30 000 citoyens engagés dans des activités génératrices de revenus

  • Les femmes à la foire de Porto Amboim
Malanje (Angola) - Trente-quatre mille 936 citoyens, en majorité des femmes, ont été impliqués dans des activités génératrices de revenus dans le pays, dans la période de janvier à nos jours, dans le cadre du Programme de développement local et de lutte contre la pauvreté.

De ce nombre, 1 260 emplois ont été créés dans le cadre du Fonds actif de Capital à Risque Angolais (FACRA) et 202 femmes ont bénéficié d'une formation sur l'entrepreneuriat, en vue de promouvoir l'auto-emploi.

C'est ce qu'a informé mercredi, la ministre de l'Action sociale, de la Famille et de la Promotion de la femme, Faustina Alves, lors du Xe Forum national des femmes rurales, qui s'est tenu dans la ville de Malanje.

Faustina Alves a indiqué que les activités génératrices de revenus comprennent également l'inclusion de centaines de femmes dans 35 coopératives de coupe et couture, d'agriculture, de pâtisserie, de cuisine, de décoration, de recyclage, de fabrication de savon, de pêche artisanale, de transformation et vente de vêtements et de capacitation de 38 femmes en littératie financière.

À son tour, l'ambassadrice d'Angola en Italie, Fátima Jardim, qui est intervenue par visioconférence, a considéré les femmes comme un partenaire essentiel dans le processus de diversification économique du pays, compte tenu de leur rôle dans la lutte pour la sécurité et la garantie alimentaires et la réduction de la malnutrition.

La diplomate a donc défendu plus d'incitations et une augmentation du nombre d'emplois pour cette frange sociale.

Pour la représentante de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) en Angola, Gherda Barreto, elle a réitéré la contribution des femmes dans la lutte contre la pauvreté, la faim et la malnutrition en milieu rural, malgré l'accès inégal aux ressources le niveau de production agricole.

Le gouverneur provincial de Malanje, Norberto dos Santos « Kwata Kanawa », a souligné l'engagement permanent de l'Exécutif à la création de politiques pour l'autonomisation des femmes, en vue d'éliminer les barrières qui entravent leur développement.

Sous le slogan « Femmes rurales dans l'agro-négoce : défis et opportunités pour leur inclusion financière », le 10e Forum national des femmes rurales faisait partie des journées allusives à la Journée internationale des femmes rurales, qui sera célébrée le 15 de ce mois.
 
Organisé semestriellement, le forum national vise à promouvoir la valorisation des femmes rurales, analyser les contraintes et opportunités de leur autonomisation, encourager la mise en œuvre de projets qui contribuent à l'amélioration de leurs conditions et intégration dans le processus de développement du pays.

L'acte a été assisté par visioconférence par la ministre d'État chargée du secteur social, Carolina Cerqueira et en personne par des représentants des agences des Nations Unies, des députés à l'Assemblée nationale, des membres du gouvernorat provincial, des autorités traditionnelles et invités.

De ce nombre, 1 260 emplois ont été créés dans le cadre du Fonds actif de Capital à Risque Angolais (FACRA) et 202 femmes ont bénéficié d'une formation sur l'entrepreneuriat, en vue de promouvoir l'auto-emploi.

C'est ce qu'a informé mercredi, la ministre de l'Action sociale, de la Famille et de la Promotion de la femme, Faustina Alves, lors du Xe Forum national des femmes rurales, qui s'est tenu dans la ville de Malanje.

Faustina Alves a indiqué que les activités génératrices de revenus comprennent également l'inclusion de centaines de femmes dans 35 coopératives de coupe et couture, d'agriculture, de pâtisserie, de cuisine, de décoration, de recyclage, de fabrication de savon, de pêche artisanale, de transformation et vente de vêtements et de capacitation de 38 femmes en littératie financière.

À son tour, l'ambassadrice d'Angola en Italie, Fátima Jardim, qui est intervenue par visioconférence, a considéré les femmes comme un partenaire essentiel dans le processus de diversification économique du pays, compte tenu de leur rôle dans la lutte pour la sécurité et la garantie alimentaires et la réduction de la malnutrition.

La diplomate a donc défendu plus d'incitations et une augmentation du nombre d'emplois pour cette frange sociale.

Pour la représentante de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) en Angola, Gherda Barreto, elle a réitéré la contribution des femmes dans la lutte contre la pauvreté, la faim et la malnutrition en milieu rural, malgré l'accès inégal aux ressources le niveau de production agricole.

Le gouverneur provincial de Malanje, Norberto dos Santos « Kwata Kanawa », a souligné l'engagement permanent de l'Exécutif à la création de politiques pour l'autonomisation des femmes, en vue d'éliminer les barrières qui entravent leur développement.

Sous le slogan « Femmes rurales dans l'agro-négoce : défis et opportunités pour leur inclusion financière », le 10e Forum national des femmes rurales faisait partie des journées allusives à la Journée internationale des femmes rurales, qui sera célébrée le 15 de ce mois.
 
Organisé semestriellement, le forum national vise à promouvoir la valorisation des femmes rurales, analyser les contraintes et opportunités de leur autonomisation, encourager la mise en œuvre de projets qui contribuent à l'amélioration de leurs conditions et intégration dans le processus de développement du pays.

L'acte a été assisté par visioconférence par la ministre d'État chargée du secteur social, Carolina Cerqueira et en personne par des représentants des agences des Nations Unies, des députés à l'Assemblée nationale, des membres du gouvernorat provincial, des autorités traditionnelles et invités.