La Banque mondiale évalue des projets à Malanje

Malanje (Angola) - Une délégation de la Banque mondiale (BM) a démarré, lundi 5, une mission d'évaluation des projets développés à Malanje avec un financement de l'institution.

Il s'agit de projets dans les secteurs de l'éducation, de la santé, de l'eau, de l'énergie, de l'agriculture et autres créés par le gouvernement angolais et réalisés par le Fonds de soutien social (FAS) et le Projet d'agriculture familiale et de commercialisation (Mosap II) avec des fonds de la BM.

Selon le directeur régional pour l'Angola, Jean Christophe Carret, les projets en question, ainsi que d'autres menés dans le pays, sont budgétisés à 2 milliards de dollars.

Sans donner de détails, Jean Christophe Carret a expliqué que les projets en cours dans le pays ont une durée de cinq ans, avec 400 millions de dollars ayant déjà été déboursés pour des actions menées au cours de la dernière année économique de la BM (juin 2020 à juin 2021), à l'exception de l'agriculture et de la formation des paysans, développées périodiquement par le Mosap depuis plus de 10 ans.

Pour la province de Malanje, la Banque mondiale, a-t-il dit, a financé des projets d'agriculture familiale, matérialisés par la distribution de semences et la formation sur le terrain, visant à augmenter la capacité de production et la rentabilité.

Cependant, il a défendu la formation continue et l'investissement dans le capital humain, pour améliorer l'activité agricole et par conséquent augmenter la production et la productivité, car malgré le financement, sans les compétences des exécuteurs, les résultats souhaités ne seront pas atteints, du point de vue de la transformation des produits et ses dérivés.

La journée de travail de Jean Christophe Carret s'est poursuivie ce mardi, avec des visites de chantiers dans la municipalité de Cacuso.

Mercredi, il se rend dans la municipalité de Cambundi Catembo.

Il s'agit de projets dans les secteurs de l'éducation, de la santé, de l'eau, de l'énergie, de l'agriculture et autres créés par le gouvernement angolais et réalisés par le Fonds de soutien social (FAS) et le Projet d'agriculture familiale et de commercialisation (Mosap II) avec des fonds de la BM.

Selon le directeur régional pour l'Angola, Jean Christophe Carret, les projets en question, ainsi que d'autres menés dans le pays, sont budgétisés à 2 milliards de dollars.

Sans donner de détails, Jean Christophe Carret a expliqué que les projets en cours dans le pays ont une durée de cinq ans, avec 400 millions de dollars ayant déjà été déboursés pour des actions menées au cours de la dernière année économique de la BM (juin 2020 à juin 2021), à l'exception de l'agriculture et de la formation des paysans, développées périodiquement par le Mosap depuis plus de 10 ans.

Pour la province de Malanje, la Banque mondiale, a-t-il dit, a financé des projets d'agriculture familiale, matérialisés par la distribution de semences et la formation sur le terrain, visant à augmenter la capacité de production et la rentabilité.

Cependant, il a défendu la formation continue et l'investissement dans le capital humain, pour améliorer l'activité agricole et par conséquent augmenter la production et la productivité, car malgré le financement, sans les compétences des exécuteurs, les résultats souhaités ne seront pas atteints, du point de vue de la transformation des produits et ses dérivés.

La journée de travail de Jean Christophe Carret s'est poursuivie ce mardi, avec des visites de chantiers dans la municipalité de Cacuso.

Mercredi, il se rend dans la municipalité de Cambundi Catembo.