Plus de 80 entreprises intéressées par la gestion de la décharge de Mulenvos

Luanda - Quatre-vingt-sept entreprises, dont 57 nationales et 37 étrangères, ont manifesté l’intérêt pour la requalification et la gestion de la décharge sanitaire de Mulenvos, dans la municipalité de Cazenga, à Luanda.

Un mois après l'annonce de l'appel d'offres public international pour la requalification et gestion de la décharge, les entreprises étrangères qui ont jusqu'à présent manifesté le plus d'intérêt sont de France, le Suède, l'Italie, l'Afrique du Sud et le Namibie.

Le secrétaire d'État de l'Économie, Mario João, a déclaré vendredi, à l'ouverture du concours de la requalification de la décharge  de Mulenvos sous le  régime de partenariat public-privé, que le Ministère de l'Économie et du Plan était  chargé d'identifier un partenaire qui répond à l'objectif du projet.

Pour le secrétaire d'État, il est essentiel que ce partenaire fasse de l'économie circulaire une réalité, créant ainsi du compost et tous les bénéfices associés pour un meilleur traitement et valorisation des déchets solides.

Selon les études, Luanda produit plus de 3,3 millions de tonnes de déchets par an et 45% de ces déchets peuvent être réutilisés comme matière première pour l'industrie, 35% comme engrais et 20% peuvent être utiles pour la production d'énergie.

Un mois après l'annonce de l'appel d'offres public international pour la requalification et gestion de la décharge, les entreprises étrangères qui ont jusqu'à présent manifesté le plus d'intérêt sont de France, le Suède, l'Italie, l'Afrique du Sud et le Namibie.

Le secrétaire d'État de l'Économie, Mario João, a déclaré vendredi, à l'ouverture du concours de la requalification de la décharge  de Mulenvos sous le  régime de partenariat public-privé, que le Ministère de l'Économie et du Plan était  chargé d'identifier un partenaire qui répond à l'objectif du projet.

Pour le secrétaire d'État, il est essentiel que ce partenaire fasse de l'économie circulaire une réalité, créant ainsi du compost et tous les bénéfices associés pour un meilleur traitement et valorisation des déchets solides.

Selon les études, Luanda produit plus de 3,3 millions de tonnes de déchets par an et 45% de ces déchets peuvent être réutilisés comme matière première pour l'industrie, 35% comme engrais et 20% peuvent être utiles pour la production d'énergie.