Le MASFAMU parie sur la création de centres d'accueil dans le pays

  • La secrétaire d'État à l'action sociale, famille et promotion de la femme, Elsa Barber
Luanda - Le Ministère de l'Action sociale, de la Famille et de la Promotion de la femme (MASFAMU) prévoit la création de plus de centres d'accueil dans le pays, afin de renforcer les mécanismes de suivi des victimes de violence sexiste.

Selon la secrétaire d'État Elsa Barber, qui s’exprimait à l'ouverture des commémorations de la Journée internationale de la femme, il existe de nombreux obstacles à l'insertion des filles dans les processus d'éducation, de santé sexuelle et reproductive, un facteur qui a rendu difficile l’affirmation dans leurs communautés.

À cet effet, le Gouvernement élabore des mesures visant la santé sexuelle et procréative des femmes et des filles, telles que l'élaboration de plans d'action intégrale de santé des adolescents dans les politiques de la jeunesse, de l'égalité et équité du genre.

Elsa Barber a souligné que la pandémie du Covid-19 avait entraîné des problèmes sociaux tels que l'éclatement de la famille, le déni de parentalité, une augmentation des cas de violence domestique, entre autres situations.

La responsable a affirmé qu'il était également nécessaire de renforcer l'intervention et la collaboration de la société pour sensibiliser les membres des communautés et des familles à adopter des comportements positifs et exemplaires.

La journée Mars femme vise à renforcer le leadership des femmes dans la lutte contre le Covid-19, à travers l'autonomisation économique, comme une opportunité de générer des revenus et d'améliorer les conditions de vie de leurs familles.

Selon la secrétaire d'État Elsa Barber, qui s’exprimait à l'ouverture des commémorations de la Journée internationale de la femme, il existe de nombreux obstacles à l'insertion des filles dans les processus d'éducation, de santé sexuelle et reproductive, un facteur qui a rendu difficile l’affirmation dans leurs communautés.

À cet effet, le Gouvernement élabore des mesures visant la santé sexuelle et procréative des femmes et des filles, telles que l'élaboration de plans d'action intégrale de santé des adolescents dans les politiques de la jeunesse, de l'égalité et équité du genre.

Elsa Barber a souligné que la pandémie du Covid-19 avait entraîné des problèmes sociaux tels que l'éclatement de la famille, le déni de parentalité, une augmentation des cas de violence domestique, entre autres situations.

La responsable a affirmé qu'il était également nécessaire de renforcer l'intervention et la collaboration de la société pour sensibiliser les membres des communautés et des familles à adopter des comportements positifs et exemplaires.

La journée Mars femme vise à renforcer le leadership des femmes dans la lutte contre le Covid-19, à travers l'autonomisation économique, comme une opportunité de générer des revenus et d'améliorer les conditions de vie de leurs familles.