Une gouvernante met en exergue la politique nationale d'action sociale

  • La ministre de l'Action sociale, de la Famille et de la Promotion de la femme, Faustina Alves
Luanda - La ministre de l'Action sociale, de la Famille et de la Promotion de la femme, Faustina Alves, a souligné mardi, que la mise en œuvre de la politique nationale d'action sociale marque le passage des actions d'assistance sociale à un modèle d'intervention sociale, basé sur la promotion et développement familial.

Récemment approuvée par le décret présidentiel n ° 37/21 du 8 février, la politique nationale d'action sociale est configurée comme un instrument d'orientation, comme une base théorique et méthodologique pour une plate-forme intégrée du système national d'action sociale.

L'idée est de garantir aux individus et aux ménages vulnérables l'accès aux services sociaux de base, la réalisation de leurs droits, la réduction des risques et de leurs effets négatifs.

La gouvernante, qui s'exprimait à l'ouverture de la 1ère journée de la réunion multisectorielle sur la politique nationale d'action sociale, organisée par son portefeuille, l'OIT (Organisation internationale du travail) et l'Unicef, a ajouté que le plan vise à renforcer les compétences de l'individu, des familles et des communautés, dans un souci d'autonomie et de résilience face au risque social.

A propos de la réunion, elle a indiqué qu'elle servira également à analyser les différents acteurs impliqués dans les différentes modalités de soutien social, temporaire ou permanent, aux personnes en situation de vulnérabilité, en vue de former un système national d'action sociale dans le pays.

 

 

 

 

Récemment approuvée par le décret présidentiel n ° 37/21 du 8 février, la politique nationale d'action sociale est configurée comme un instrument d'orientation, comme une base théorique et méthodologique pour une plate-forme intégrée du système national d'action sociale.

L'idée est de garantir aux individus et aux ménages vulnérables l'accès aux services sociaux de base, la réalisation de leurs droits, la réduction des risques et de leurs effets négatifs.

La gouvernante, qui s'exprimait à l'ouverture de la 1ère journée de la réunion multisectorielle sur la politique nationale d'action sociale, organisée par son portefeuille, l'OIT (Organisation internationale du travail) et l'Unicef, a ajouté que le plan vise à renforcer les compétences de l'individu, des familles et des communautés, dans un souci d'autonomie et de résilience face au risque social.

A propos de la réunion, elle a indiqué qu'elle servira également à analyser les différents acteurs impliqués dans les différentes modalités de soutien social, temporaire ou permanent, aux personnes en situation de vulnérabilité, en vue de former un système national d'action sociale dans le pays.