La moralisation de la société exige une plus grande valorisation des personnes âgées

Huambo (Angola) – Les défis de la moralisation de la société, à travers la sauvegarde des valeurs morales, culturelles et civiques, exigent une profonde considération des personnes âgées, par les jeunes, pour être les détenteurs de principes utiles qui guident une coexistence pacifique dans les communautés.

La recommandation émane des participants à «Onjdango de Valores», promu par le bureau provincial de l'Action sociale, famille et égalité des sexes, dans le cadre de la Journée des personnes âgées, qui se célèbre le 30 novembre.

Pour l'ancienne enseignante Maria Imaculada Lumingo, la déstabilisation sociale est due au non respect des personnes âgées, qui pourtant pourraient contribuer à la préservation et conservation des valeurs, ajoutant qu’aucune société ne prospère si elle ne se repose pas sur les enseignements de leurs ancêtres.

Dans le même contexte, le prêtre Simeão Chimbinda, a déclaré qu’actuellement, les personnes âgées n'occupent pas leur vraie place, puisque les jeunes regardent cette couche sociale comme faisant partie du  temps du passé, et qu’elle n'a rien avoir avec cette époque dominée par l’évolution technique et scientifique.

Face à cette situation, a-t-il poursuivi, il est impérieux que la société se restaure, dans la société, la figure du vieillard dans le contexte africain, comme une bibliothèque vivante, susceptible de conduire positivement la société.

À la fin de cette rencontre, la directrice du Bureau provincial de l'action sociale, famille et égalité des sexes, Fátima Cawewe, a fait savoir que la réunion visait à contribuer à la récupération des valeurs que la société a perdues.

Concernant la situation actuelle de la personne âgée dans la province, elle s'est dite préoccupée par des cas d'abandon de cette frange de la société par la famille.

La recommandation émane des participants à «Onjdango de Valores», promu par le bureau provincial de l'Action sociale, famille et égalité des sexes, dans le cadre de la Journée des personnes âgées, qui se célèbre le 30 novembre.

Pour l'ancienne enseignante Maria Imaculada Lumingo, la déstabilisation sociale est due au non respect des personnes âgées, qui pourtant pourraient contribuer à la préservation et conservation des valeurs, ajoutant qu’aucune société ne prospère si elle ne se repose pas sur les enseignements de leurs ancêtres.

Dans le même contexte, le prêtre Simeão Chimbinda, a déclaré qu’actuellement, les personnes âgées n'occupent pas leur vraie place, puisque les jeunes regardent cette couche sociale comme faisant partie du  temps du passé, et qu’elle n'a rien avoir avec cette époque dominée par l’évolution technique et scientifique.

Face à cette situation, a-t-il poursuivi, il est impérieux que la société se restaure, dans la société, la figure du vieillard dans le contexte africain, comme une bibliothèque vivante, susceptible de conduire positivement la société.

À la fin de cette rencontre, la directrice du Bureau provincial de l'action sociale, famille et égalité des sexes, Fátima Cawewe, a fait savoir que la réunion visait à contribuer à la récupération des valeurs que la société a perdues.

Concernant la situation actuelle de la personne âgée dans la province, elle s'est dite préoccupée par des cas d'abandon de cette frange de la société par la famille.