Des travaux à Cafu exécutés à 40 pour cent

  • Bétonnage de la dalle du système de transfert d'eau de Cafu
Ondjiva (Angola) - Les travaux du lot 1 pour la construction du système de transfert d'eau de la rivière Cunene, à partir de la région de Cafu, ont 40 pour cent d'exécution physique et 36 pour cent dans le volet financier.

L'information a été fournie mardi par le directeur général de l'Institut national des ressources en eau (INRH), Manuel Quintino, lorsqu'il a abordé l'exécution du projet, l'un des quatre prévus par l'Exécutif pour mettre fin au problème de la sécheresse dans la province de Cunene, au cours d'une visite du ministre de l'Énergie et de l'Eau, João Baptista Borges.

Il a informé que le contrat se déroule de manière satisfaisante, malgré les contraintes liées à l'importation de matériel, au paiement des factures dans les délais et à la baisse du taux de change.

Estimé à 44 milliards 358 millions 360 mille 651 kwanzas, le projet, en construction depuis un an, devrait s'achever en février 2022.

Le projet est divisé en deux lots, le premier comprenant la construction de la captation, sur la rivière Cunene, du système de pompage, de la canalisation sous pression, du canal à ciel ouvert, de Cafu à Cuamato, et de 10 puits d’eau.

Le deuxième lot, a-t-il précisé, qui présente une exécution physique de 28% et une exécution financière de 29%, comprend la construction de deux conduites d'eau, partant de Cuamato, un (conducteur ouest) allant juaqu’à Ndombondola, avec 55 kilomètres, et un autre ( conducteur est) jusqu'à la municipalité de Namacunde, avec 53 km.

Dans une première phase, chacun des groupes sera dimensionné pour élever de un à 30 mètres cubes par seconde, un débit à monter de deux mètres cubes par seconde (deux groupes en parallèle + une réserve), à ​​partir du niveau minimum dans la chambre d'aspiration, avec mille 105,20 mètres, avec le quota d'arrivée à la structure de transition avec mille 130,70 mètres.

L'objectif principal du programme est la construction de systèmes d'adduction de volumes d'eau dans le bassin de Cunene, pour renforcer la disponibilité dans le bassin de Cuvelai, ainsi que la satisfaction de la consommation le long des canaux, y compris également le service de transfert de débits, qui correspond à fonctionnement continu du système sur une longue période de temps.

Au cours de la journée de travail à Cunene, le ministre visitera les puits construits dans le conduit Est du projet, à Oshindugulo.

João Baptista Borges va également se renseigner sur les travaux d'assemblage des deux centrales thermiques d'Ondjiva, d'une capacité de 50 mégawatts, qui permettront d'augmenter la capacité de production d'électricité.

L'information a été fournie mardi par le directeur général de l'Institut national des ressources en eau (INRH), Manuel Quintino, lorsqu'il a abordé l'exécution du projet, l'un des quatre prévus par l'Exécutif pour mettre fin au problème de la sécheresse dans la province de Cunene, au cours d'une visite du ministre de l'Énergie et de l'Eau, João Baptista Borges.

Il a informé que le contrat se déroule de manière satisfaisante, malgré les contraintes liées à l'importation de matériel, au paiement des factures dans les délais et à la baisse du taux de change.

Estimé à 44 milliards 358 millions 360 mille 651 kwanzas, le projet, en construction depuis un an, devrait s'achever en février 2022.

Le projet est divisé en deux lots, le premier comprenant la construction de la captation, sur la rivière Cunene, du système de pompage, de la canalisation sous pression, du canal à ciel ouvert, de Cafu à Cuamato, et de 10 puits d’eau.

Le deuxième lot, a-t-il précisé, qui présente une exécution physique de 28% et une exécution financière de 29%, comprend la construction de deux conduites d'eau, partant de Cuamato, un (conducteur ouest) allant juaqu’à Ndombondola, avec 55 kilomètres, et un autre ( conducteur est) jusqu'à la municipalité de Namacunde, avec 53 km.

Dans une première phase, chacun des groupes sera dimensionné pour élever de un à 30 mètres cubes par seconde, un débit à monter de deux mètres cubes par seconde (deux groupes en parallèle + une réserve), à ​​partir du niveau minimum dans la chambre d'aspiration, avec mille 105,20 mètres, avec le quota d'arrivée à la structure de transition avec mille 130,70 mètres.

L'objectif principal du programme est la construction de systèmes d'adduction de volumes d'eau dans le bassin de Cunene, pour renforcer la disponibilité dans le bassin de Cuvelai, ainsi que la satisfaction de la consommation le long des canaux, y compris également le service de transfert de débits, qui correspond à fonctionnement continu du système sur une longue période de temps.

Au cours de la journée de travail à Cunene, le ministre visitera les puits construits dans le conduit Est du projet, à Oshindugulo.

João Baptista Borges va également se renseigner sur les travaux d'assemblage des deux centrales thermiques d'Ondjiva, d'une capacité de 50 mégawatts, qui permettront d'augmenter la capacité de production d'électricité.