PIIM génère des milliers d'emplois et réduit l'exode rural

  • Une route angolaise
Luanda - Lancé en 2019 par le Président de la République, João Lourenço, le Plan intégré d'intervention dans les municipalités (PIIM) a généré environ 17 mille emplois, principalement pour des jeunes recrutés par des centaines d'entrepreneurs qui sont chargés des travaux dans différentes régions du pays, contribuant à la réduction du chômage dans les zones rurales.

Le programme, qui couvre les 164 municipalités du pays, comprend un ensemble diversifié de projets et est évalué, en kwanzas, à l'équivalent de deux milliards de dollars américains, financés par le Fonds souverain de l'Angola.

L'initiative vise à accroître l'autonomie des communes, dans le cadre de la politique de déconcentration des compétences administratives, ainsi qu'à offrir une meilleure qualité de vie aux citoyens, à travers la résolution des besoins spécifiques de chaque région.

Ainsi, 1 299 projets liés aux secteurs de la santé, de l'éducation, de l'énergie, de l'eau, des routes, de l'assainissement de base et de la sécurité publique sont en cours dans le pays, sur les 1 700 à exécuter, dont 89 milliards de kwanzas (monnaie nationale) sont déjà disponibles.

Actuellement, dans les provinces de Bengo, Cuanza Norte, Cuanza Sul, Benguela, Bié, Luanda et Moxico, plusieurs projets et actions dans les domaines de l'éducation, de la santé, des routes, des infrastructures administratives et de l'assainissement de base sont conclus.

La plupart des appels d'offres publics pour l'attribution des marchés ont eu lieu en 2020, sur tout le territoire national, et les délais varient entre trois, huit et douze mois d'exécution, jusqu'à la fin de 2021.

Malgré certaines contraintes concernant le retard dans le paiement des factures, le mauvais état des routes, la dépréciation de la monnaie, l'insuffisance des fonds pour les projets approuvés, combinés aux effets du Covid-19, les travaux du PIIM, en certains points du pays, sont bien avancés et beaucoup sont déjà achevés. (à suivre)

Le programme, qui couvre les 164 municipalités du pays, comprend un ensemble diversifié de projets et est évalué, en kwanzas, à l'équivalent de deux milliards de dollars américains, financés par le Fonds souverain de l'Angola.

L'initiative vise à accroître l'autonomie des communes, dans le cadre de la politique de déconcentration des compétences administratives, ainsi qu'à offrir une meilleure qualité de vie aux citoyens, à travers la résolution des besoins spécifiques de chaque région.

Ainsi, 1 299 projets liés aux secteurs de la santé, de l'éducation, de l'énergie, de l'eau, des routes, de l'assainissement de base et de la sécurité publique sont en cours dans le pays, sur les 1 700 à exécuter, dont 89 milliards de kwanzas (monnaie nationale) sont déjà disponibles.

Actuellement, dans les provinces de Bengo, Cuanza Norte, Cuanza Sul, Benguela, Bié, Luanda et Moxico, plusieurs projets et actions dans les domaines de l'éducation, de la santé, des routes, des infrastructures administratives et de l'assainissement de base sont conclus.

La plupart des appels d'offres publics pour l'attribution des marchés ont eu lieu en 2020, sur tout le territoire national, et les délais varient entre trois, huit et douze mois d'exécution, jusqu'à la fin de 2021.

Malgré certaines contraintes concernant le retard dans le paiement des factures, le mauvais état des routes, la dépréciation de la monnaie, l'insuffisance des fonds pour les projets approuvés, combinés aux effets du Covid-19, les travaux du PIIM, en certains points du pays, sont bien avancés et beaucoup sont déjà achevés. (à suivre)