Le vol de matériel conditionne l'achèvement du barrage de Luachimo

  • Construction du barrage hydroélectrique de Luachimo dans la province de Lunda Norte
Dundo (Angola) - La vague de vols d'équipements électriques a affecté l'achèvement de la nouvelle sous-station électrique et occasionné des inconvénients et des coûts supplémentaires dans le calendrier des travaux d'agrandissement du barrage hydroélectrique de Luachimo, dans la province de Lunda Norte.

L'inquiétude a été exprimée jeudi, par le chef du Bureau de Mise en valeur du Moyen Kwanza (GAMEK), Policarpo da Rosa, soulignant que le barrage a déjà enregistré deux actes de vandalisme, notamment le vol de connecteurs en aluminium, de barres de cuivre, de lampes, entre autres équipements.

Il a indiqué que les niveaux d'exécution physique des travaux de la sous-station électrique de 60 kilovolts de la centrale hydroélectrique de Luachimo sont 50% inférieurs aux attentes, en raison d'une vague de vols d'équipements électriques.

Le responsable a informé que l'affaire avait déjà été transmise au Service des enquêtes criminelles (SIC) pour retrouver les criminels et les tenir responsables.

À son tour, le directeur municipal du SIC de Chitato, l'intendant Daniel Canguia, a informé que deux auteurs présumés du crime ont déjà été retrouvés et que les recherches se poursuivent pour retrouver le reste des criminels.

Il a expliqué que d'après l'enquête menée jusqu'à présent, tout indique qu'il s'agit d'une association de malfaiteurs, impliquant des ressortissants étrangers, ainsi que des éléments liés à la société fournissant des services de sécurité dans le barrage de Luachimo.

Il a ajouté que le groupe a un client qui a acheté le matériel pour le revendre plus tard dans la province de Luanda et aux frontières avec la République démocratique du Congo (RDC).

D'une valeur de plus de 212 millions USD, grâce à une ligne de crédit de la Chine, les travaux en cours depuis 2018 au barrage de Luachimo, augmenteront de 8,4 à 34 mégawatts (MW) la capacité énergétique fournie par l'infrastructure, faisant de la province de Lunda Norte la plus illuminée de la région orientale de l'Angola, avec son entrée en service, prévue pour cette année.

L'inquiétude a été exprimée jeudi, par le chef du Bureau de Mise en valeur du Moyen Kwanza (GAMEK), Policarpo da Rosa, soulignant que le barrage a déjà enregistré deux actes de vandalisme, notamment le vol de connecteurs en aluminium, de barres de cuivre, de lampes, entre autres équipements.

Il a indiqué que les niveaux d'exécution physique des travaux de la sous-station électrique de 60 kilovolts de la centrale hydroélectrique de Luachimo sont 50% inférieurs aux attentes, en raison d'une vague de vols d'équipements électriques.

Le responsable a informé que l'affaire avait déjà été transmise au Service des enquêtes criminelles (SIC) pour retrouver les criminels et les tenir responsables.

À son tour, le directeur municipal du SIC de Chitato, l'intendant Daniel Canguia, a informé que deux auteurs présumés du crime ont déjà été retrouvés et que les recherches se poursuivent pour retrouver le reste des criminels.

Il a expliqué que d'après l'enquête menée jusqu'à présent, tout indique qu'il s'agit d'une association de malfaiteurs, impliquant des ressortissants étrangers, ainsi que des éléments liés à la société fournissant des services de sécurité dans le barrage de Luachimo.

Il a ajouté que le groupe a un client qui a acheté le matériel pour le revendre plus tard dans la province de Luanda et aux frontières avec la République démocratique du Congo (RDC).

D'une valeur de plus de 212 millions USD, grâce à une ligne de crédit de la Chine, les travaux en cours depuis 2018 au barrage de Luachimo, augmenteront de 8,4 à 34 mégawatts (MW) la capacité énergétique fournie par l'infrastructure, faisant de la province de Lunda Norte la plus illuminée de la région orientale de l'Angola, avec son entrée en service, prévue pour cette année.