Le secrétaire d'État défend le dialogue avec les retraités

  • Des effectifs de la Police nationale
Lubango (Angola) - Le secrétaire d'État au ministère de l'Intérieur (MININT), Salvador Rodrigues, a défendu, samedi, à Lubango, la nécessité d'une plus grande interaction entre la direction de la Caisse de protection sociale et les retraités.

Salvador Rodrigues s'adressait à la presse en marge de la réunion avec les retraités du ministère de l'Intérieur à Huíla, qui ont exprimé des inquiétudes concernant le retard et le paiement irrégulier des pensions de retraite et de sang.

Selon le responsable, pour un dialogue plus ouvert, les employés de la Caisse de protection sociale doivent être prêts à informer les bénéficiaires en détail sur le droit à une pension de sang.

«Il n'y a pas de problèmes de fond qui empêchent les gens de recevoir ce qui leur revient de droit. Il manque une meilleure explication aux bénéficiaires sur les types de documents qu'ils doivent traiter pour avoir droit à une pension », a-t-il ajouté.

Salvador Roodrigues a également demandé aux retraités et à leurs familles de continuer à interagir avec la direction de la Caisse de Protection Sociale, afin qu'ensemble, ils puissent trouver le meilleur moyen.

Dans la province de Huíla, 517 retraités sont inscrits et contrôlés, dont 240 pour cause de retraite et 277 pour survie.

Salvador Rodrigues s'adressait à la presse en marge de la réunion avec les retraités du ministère de l'Intérieur à Huíla, qui ont exprimé des inquiétudes concernant le retard et le paiement irrégulier des pensions de retraite et de sang.

Selon le responsable, pour un dialogue plus ouvert, les employés de la Caisse de protection sociale doivent être prêts à informer les bénéficiaires en détail sur le droit à une pension de sang.

«Il n'y a pas de problèmes de fond qui empêchent les gens de recevoir ce qui leur revient de droit. Il manque une meilleure explication aux bénéficiaires sur les types de documents qu'ils doivent traiter pour avoir droit à une pension », a-t-il ajouté.

Salvador Roodrigues a également demandé aux retraités et à leurs familles de continuer à interagir avec la direction de la Caisse de Protection Sociale, afin qu'ensemble, ils puissent trouver le meilleur moyen.

Dans la province de Huíla, 517 retraités sont inscrits et contrôlés, dont 240 pour cause de retraite et 277 pour survie.