L'Angola participe à la réunion de Smart Africa

  • Ministro  Manuel Homem participa em vídeo conferência  na IX reunião do concelho virtual da smart África em representação do Presidente da República
  • Video Conferência da IX reunião do conselho Virtual da Smart África
Luanda - L'Angola a participé, lundi, à la 9e réunion du Conseil virtuel Smart Afrique, qui a analysé les défis du continent en matière de transformation numérique.

L'événement s'est déroulé par visioconférence depuis Kigali (Rwanda), avec la participation du ministre des Télécommunications, des Technologies de l'Information et de la Communication Sociale, Manuel Homem, au nom du Chef de l'Etat angolais, João Lourenço.

L'événement, présidé par le Chef de l'Etat rwandais, Paul Kagame, en tant que président de l’Alliance Smart Africa, a abordé la nécessité de développer des infrastructures en Afrique.

L'événement, auquel ont participé des hommes d'État comme Felix Tchissekedi, de la RDC, et Alpha Condé, de Guinée Conakry, a discuté de la nécessité d'améliorer la connectivité afin de stimuler la croissance des économies africaines et de l'économie numérique en particulier.

Les participants se sont également penchés sur des questions telles que la régularisation et l'inclusion numérique comme fondamentales pour accélérer la transformation numérique sur le continent.

S'exprimant lors de la réunion, le Président de la République démocratique du Congo (RDC) a indiqué que l'Alliance Smart Africa pouvait créer des conditions pour relancer, en Afrique, les secteurs de l'agriculture, de l'éducation, de la santé et de la téléphonie.

La République d'Angola a rejoint l'Alliance pour l'Afrique intelligente en tant qu'État membre.

Le Secrétariat de l'organisation panafricaine a défini l'Agenda pour l'Afrique intelligente, y compris les grands projets pour les différents États membres.

Il encourage et soutient activement les initiatives et les investissements privés dans les secteurs des technologies de la communication à travers la plateforme Smart Africa Alliance.

 

Smart Afrique

La Smart Africa Alliance est une plateforme public-privée dédiée à façonner et à relancer la transformation numérique de l’Afrique.

Lancée en 2013 par sept chefs d'État africains, l'Alliance compte 22 pays membres et des dizaines de membres du secteur privé et du monde universitaire.

Smart Africa entend promouvoir les projets technologiques développés par les pays et étudier les possibilités de fonctionnement.

Ses membres fondateurs comprennent la Commission de l'Union africaine (CUA), l'Union internationale des télécommunications (UIT), la Banque mondiale, la Banque africaine de développement (BAD) et la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA).

Il comprend également l'Union africaine des télécommunications (ATU), le Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD), l'Association GSM (GSMA) et l'Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN).

L'événement s'est déroulé par visioconférence depuis Kigali (Rwanda), avec la participation du ministre des Télécommunications, des Technologies de l'Information et de la Communication Sociale, Manuel Homem, au nom du Chef de l'Etat angolais, João Lourenço.

L'événement, présidé par le Chef de l'Etat rwandais, Paul Kagame, en tant que président de l’Alliance Smart Africa, a abordé la nécessité de développer des infrastructures en Afrique.

L'événement, auquel ont participé des hommes d'État comme Felix Tchissekedi, de la RDC, et Alpha Condé, de Guinée Conakry, a discuté de la nécessité d'améliorer la connectivité afin de stimuler la croissance des économies africaines et de l'économie numérique en particulier.

Les participants se sont également penchés sur des questions telles que la régularisation et l'inclusion numérique comme fondamentales pour accélérer la transformation numérique sur le continent.

S'exprimant lors de la réunion, le Président de la République démocratique du Congo (RDC) a indiqué que l'Alliance Smart Africa pouvait créer des conditions pour relancer, en Afrique, les secteurs de l'agriculture, de l'éducation, de la santé et de la téléphonie.

La République d'Angola a rejoint l'Alliance pour l'Afrique intelligente en tant qu'État membre.

Le Secrétariat de l'organisation panafricaine a défini l'Agenda pour l'Afrique intelligente, y compris les grands projets pour les différents États membres.

Il encourage et soutient activement les initiatives et les investissements privés dans les secteurs des technologies de la communication à travers la plateforme Smart Africa Alliance.

 

Smart Afrique

La Smart Africa Alliance est une plateforme public-privée dédiée à façonner et à relancer la transformation numérique de l’Afrique.

Lancée en 2013 par sept chefs d'État africains, l'Alliance compte 22 pays membres et des dizaines de membres du secteur privé et du monde universitaire.

Smart Africa entend promouvoir les projets technologiques développés par les pays et étudier les possibilités de fonctionnement.

Ses membres fondateurs comprennent la Commission de l'Union africaine (CUA), l'Union internationale des télécommunications (UIT), la Banque mondiale, la Banque africaine de développement (BAD) et la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA).

Il comprend également l'Union africaine des télécommunications (ATU), le Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD), l'Association GSM (GSMA) et l'Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN).