Angosat-2 sera mis en orbite dans 17 mois

  • Angosat-1
Luanda - Le satellite de télécommunications géostationnaire angolais (Angosat-2), en construction par AirBus Defence and Space, sera mis en orbite d'ici 17 mois, a annoncé ce vendredi, à Luanda, le directeur général du Bureau de gestion du Programme spatial national (GGPEN, sigle en portugais), Zolana João.

Le responsable a fourni ces informations en s’exprimant de l'état d'Angosat-2, lors du webinaire sur «Angosat-2, bénéfices économiques pour l'amélioration de la vie des populations», lors du ‘‘Vendredi des TIC’’, organisé par le ministère des Télécommunications, technologies de l'information et de la communication sociale.

Selon le directeur, compte tenu de la complexité des paramètres d'évaluation de la construction de ce type d'équipement, les travaux de construction de l’Angosat-2 sont déjà à plus 60% conclus et le satellite devrait être lancé au premier semestre 2022.

Il a déclaré que l’Angosat-2 aurait quelques innovations et corrections des erreurs commises dans l’Angosat-1, à savoir il aura une transmission sept fois plus que le premier, Angosat -1 avait 16 transpondeurs en bande C et six en bande KU, déjà Angosat-2 aura six transpondeurs en bande C, 24 en bande KU et comme nouveauté un transpondeur sera ajouté dans la bande KA.

Avec un poids total de deux tonnes, a-t-il ajouté, l’Angosat-2 sera également un satellite à haut débit de transmission et fournira 13 gigabytes dans chaque région éclairée (portée du signal satellite).

Le satellite sera basé sur la plate-forme Eurostar-3000 et sa durée de vie sera de 15 ans. La construction de ce nouveau satellite n'a pas été financée par l'État angolais, parce que le contrat de plus de 300 millions de dollars US, paraphé avec la partie russe, pour la construction d'Angosat-1, protégeait les intérêts de l'Angola, en cas de disparition ou de destruction du satellite.

Angosat-1 était un satellite de communication construit par la société russe RSC Energia qui serait exploité par Infrasat.

L'Angosat-1 a été lancé avec succès dans l'espace le 26 décembre 2017, à 19h00 UTC, au moyen d'un véhicule Zenit-3F / Fregat-SB, depuis le cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, mais malheureusement ce satellite a disparu quelques  après son lancement.

Le responsable a fourni ces informations en s’exprimant de l'état d'Angosat-2, lors du webinaire sur «Angosat-2, bénéfices économiques pour l'amélioration de la vie des populations», lors du ‘‘Vendredi des TIC’’, organisé par le ministère des Télécommunications, technologies de l'information et de la communication sociale.

Selon le directeur, compte tenu de la complexité des paramètres d'évaluation de la construction de ce type d'équipement, les travaux de construction de l’Angosat-2 sont déjà à plus 60% conclus et le satellite devrait être lancé au premier semestre 2022.

Il a déclaré que l’Angosat-2 aurait quelques innovations et corrections des erreurs commises dans l’Angosat-1, à savoir il aura une transmission sept fois plus que le premier, Angosat -1 avait 16 transpondeurs en bande C et six en bande KU, déjà Angosat-2 aura six transpondeurs en bande C, 24 en bande KU et comme nouveauté un transpondeur sera ajouté dans la bande KA.

Avec un poids total de deux tonnes, a-t-il ajouté, l’Angosat-2 sera également un satellite à haut débit de transmission et fournira 13 gigabytes dans chaque région éclairée (portée du signal satellite).

Le satellite sera basé sur la plate-forme Eurostar-3000 et sa durée de vie sera de 15 ans. La construction de ce nouveau satellite n'a pas été financée par l'État angolais, parce que le contrat de plus de 300 millions de dollars US, paraphé avec la partie russe, pour la construction d'Angosat-1, protégeait les intérêts de l'Angola, en cas de disparition ou de destruction du satellite.

Angosat-1 était un satellite de communication construit par la société russe RSC Energia qui serait exploité par Infrasat.

L'Angosat-1 a été lancé avec succès dans l'espace le 26 décembre 2017, à 19h00 UTC, au moyen d'un véhicule Zenit-3F / Fregat-SB, depuis le cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, mais malheureusement ce satellite a disparu quelques  après son lancement.