Quarta, 25 de Novembro de 2020
    |  Fale connosco  |   Assinante    
 

La FAF reçoit l'ultimatum de la FIFA


27.10.2020 - mar. : 12'56 - Mise à jour 27.10.2020 - mar. : 12'56

Photo: joaquina Bento

Luanda - La Fédération Angolaise de Football (FAF) a été notifiée par la Fédération Internationale de Football Associée (FIFA), pour répondre jusqu'à vendredi (30), aux accusations d'irrégularités dans le processus électoral pour le quadriennal 2020/24.


Cela se produit à la suite de plaintes d'irrégularités déposées auprès du Comité d'Éthique de l'instance dirigeante du sport dans le monde, par le concurrent aux élections de la FAF, Norberto de Castro.

Le responsable, dont la liste a été déclarée inéligible par la Commission électorale, a joint des pièces justificatives de ses allégations.

Après avoir analysé la question, la FIFA a ordonné à l'équipe sortante, dirigée par l’Artur Almeida e Silva, de répondre à ces accusations jusqu'à vendredi prochain, sous peine d'intervenir dans l'affaire.

Se confiant mardu à l'Angop, Adão Simão, le représentant de la liste de Norberto de Castro, a confirmé que les plaintes à la FIFA incluent le fait que la liste de l'équipe sortante comprend des éléments punis par la loi.

"La FIFA dispose d'un code d'éthique, et sur la base de ce code, les personnes accusées de corruption et punies, comme dans les cas d'Artur Almeida et Bernardo Suca, ne peuvent pas se présenter aux élections", a-t-il réitéré.

Adão Simão a déclaré que la FIFA a été avertie sur le fait que la liste d'Arthur de Almeida e Silva utilise l'image du président de l'institution internationale, Gianni Infantino, transmettant l'idée qu'il le soutient.

L'ancien vice-président du Conseil Technique de Sport de la FAF a également informé que la Commission électorale nationale a commis une erreur en annonçant l'illisibilité des candidatures.

Il a expliqué que le procès-verbal n'avait été signé que par deux des trois membres de cet organe, ce qui constitue une irrégularité.

Avant le recours à la FIFA, selon Adão Simão, les lacunes du processus électoral ont été communiquées au ministère de la Jeunesse et des Sports et à la Cour provincial de Luanda, en attendant une réponse jusqu'à présent.