Segunda, 18 de Janeiro de 2021
    |  Fale connosco  |   Assinante    
 

L'Angola produira plus de 13 millions de tonnes de tubercules d'ici 2022


02.07.2020 - jeu. : 15'16 - Mise à jour 02.07.2020 - jeu. : 12'06

Luanda - L'Angola pourrait enregistrer une augmentation de sa production agricole et atteindre 13,5 millions de tonnes de racines et tubercules d'ici 2022, selon le ministre de l'Agriculture et de la Pêche, Francisco de Assis.


S'exprimant mardi à l'espace «Grande Entrevista», de la Télévision Publique d’Angola (TPA), le gouvernant a déclaré que les projections tablent sur trois millions de tonnes de céréales d'ici 2022, dépassant les 2,5 millions de tonnes actuelles.

Actuellement, le pays a une production d'environ 10 millions de tonnes de racines et tubercules, selon les dernières données du secteur.

En ce qui concerne les légumineuses, il a assuré que le secteur pourrait passer de 513 000 tonnes à 700 079 tonnes.

Selon le ministre, parmi les différents défis auxquels le secteur est confronté, l’autosuffisance des familles paysannes se démarque.

Il a souligné comme difficultés, le manque de capital humain adéquat aux besoins actuels, car le pays a encore de nombreuses lacunes, mais a indiqué que le secteur travaille à l'amélioration des techniques et à leur multiplication à travers le pays.

«La formation du personnel conditionne le succès, car il peut y avoir des machines technologiques et du matériel, la qualité du capital humain est la seule hypothèse qui parvienne à apporter des réponses crédibles à la demande du secteur agricole», a-t-il observé.

Il a dit qu'il n'est pas possible de développer l'agriculture sans logistique avec de bonnes conditions (intrants) et un cadre qui permettent aux prix des intrants d'être compétitifs.

Le responsable a rappelé que l'Angola a besoin d'au moins 60 000 tonnes d'engrais par an, mais, dans ce cas, sans rupture.

L'Angola importe actuellement des engrais utilisés dans le processus de production, une pratique qui, selon le gouvernement, devrait être réduite, avec l'attrait des entreprises qui peuvent produire des engrais localement.

À cet effet, il a souligné la nécessité de combiner les synergies pour stimuler l'investissement étranger dans le pays.

Le responsable a également estimé que, afin d'améliorer également l'environnement des affaires dans le secteur, l'émergence de grands entrepôts pour la conservation des produits agricoles devrait être encouragée.