Quarta, 27 de Janeiro de 2021
    |  Fale connosco  |   Assinante    
 

Le secrétaire d'État valorise des données statistiques de la production agricole


02.07.2020 - jeu. : 15'46 - Mise à jour 02.07.2020 - jeu. : 11'52

Luanda - Le secrétaire d'État à l'Agriculture et à l'Élevage, José Bettencourt, a considéré, mercredi, à Luanda, comme fondamentales, des données statistiques dans la planification, la durabilité et le développement de la production à travers le pays.


S'adressant à la presse, après l'atelier de recensement agro-pastoral et de la pêche (RAPP 2019-2020), l'ingénieur agronome a également déclaré que ce n'est qu'avec l'obtention de données concrètes et fiables qu'il sera possible de diversifier les types de produits dans chaque région et de satisfaire les besoins des consommateurs à tout moment de l'année.

«Le RAPP nous donnera la possibilité d'arrêter de travailler avec les données possibles et de passer à des données réelles et précises. Après le recensement de 2014, qui nous a permis de savoir à quel point nous sommes en termes de population, nous devons maintenant obtenir des données sur la production agricole et travailler plus efficacement », a-t-il indiqué.

Il a ajouté que ce processus consiste en la facilitation de projets et le diagnostic de la réalité productive, afin que l'on puisse intervenir de manière plus planifiée et obtenir des rendements élevés.

"Il est nécessaire d'avoir des informations crédibles qui nous permettent d'être sûrs de ce qui se fait dans les différentes zones agricoles, afin que les décisions d'investir dans les produits essentiels soient très bien échelonnées", a-t-il souligné.

Quant à la durabilité agricole et alimentaire dans le pays, le responsable gouvernemental a dit qu'elle dépendra toujours de la nécessité d'augmenter les niveaux de production nationale et de la potentialisation de l'industrie.

Une position similaire a été exprimée par la représentante du Fonds des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), Gherda Barreto, qui a apprécié les efforts des autorités angolaises dans la mise en œuvre de l'instrument qui est très nécessaire aux programmes productifs.

Pour la responsable onusienne, l'Angola est sur la bonne voie, car l'obtention de données concrètes permet un meilleur investissement dans la production agricole, le respect des recommandations et des programmes mondiaux.

Sous la devise « Pour un meilleur Angola », l'action avec la participation de plus d'une cinquantaine d'utilisateurs sur l'état des activités du RAPP 2019-2020, s'est déroulée dans l'auditorium Maria Ferreira, de l'Institut national de la statistique (INE).