Sábado, 28 de Novembro de 2020
    |  Fale connosco  |   Assinante    
 

Le manque de coton conditionne la production de l'Alassola


09.07.2020 - jeu. : 13'14 - Mise à jour 09.07.2020 - jeu. : 13'14

Benguela: Tambwe Mukaz, PCA de l'Alassola Photo: Carlos Benedito

Benguela (Angola) - L'usine textile Alassola, située à la périphérie de la ville de Benguela, fait face, depuis le second semestre 2019, à une rupture du stock de coton, qui conditionne sa production, a annoncé mercredi le président de son conseil d'administration, Tambwe Mukaz.


Selon le responsable, qui s'adressait à l’Angop, l'unité de production (anciennement Africa Têxtil) est conçue pour fonctionner simultanément avec quatre secteurs, notamment la filature, le tissage, la transformation ou la teinture et la confection, mais elle ne fait rien par manque de coton, sa principale matière première.

Tambwe Mukaz a dit que l'importation de coton passe par une garantie de crédit bancaire, une situation qui ne sera résolue qu'avec la conclusion du processus de privatisation en cours de l'unité.

Dans ce contexte, l’Alassola, qui est également candidate au processus de privatisation de cette usine, en cas de réussite de l'appel d'offres, garantit d'investir dans la production nationale de coton, encourageant ainsi les populations des régions traditionnelles dans sa culture, notamment Cuanza Sul, Malange et Icolo et Bengo (Luanda).

Le responsable a affirmé que, selon la réalité de l'entreprise, sur les 300 employés ayant reçu une formation spécifique, seuls 175 ont été recrutés et, parmi eux, seuls 32 sont dans la zone de fabrication et 53 autres appartiennent à la sécurité patrimoniale, ce qui représente 85 salariés actuellement. Les autres sont chez eux avec un contrat suspendu.

Tambwe Mukaz a ajouté que, en plein fonctionnement, l'entreprise a la capacité d'employer directement jusqu'à 1 200 travailleurs, cependant, la réalité actuelle empêche les 300 initialement formés d'être absorbés.

En fait, a-t-il dit, la condition juridique actuelle de l'entreprise n'a pas facilité la situation, car elle est en cours de privatisation.

"Sachant que l'Alassola a accompagné l'entreprise depuis sa réhabilitation à la phase opérationnelle initiale, nous participons au concours de privatisation, dont le processus se déroule jusqu'au 7 août, dans le cadre du programme de privatisation, dénommé Propriv" , a souligné le responsable.

Pour le PCA, le gouvernement angolais est propriétaire du projet à cent pour cent et le vend, et les concurrents peuvent soumettre des propositions à l'Institut de gestion des actifs et des participations de l'État (IGAPE) avant le 7 août, et l’Alassola est en concurrence pour s'intéresser à la gestion globale de l'infrastructure.

En tant que dépositaire actuel de l'usine, l’Alassola a décidé de poursuivre la production de masques faciaux (en fonction du covid-19), au rythme de deux mille unités / jour, et les distribue aux différents personnes intéressées.

L’Alassola est une entreprise 100% angolaise opérant dans la province de Benguela. Elle succède à l’ Africa Textile, qui a été paralysé en 1998 et qui a déclaré faillite en 2000.