Sábado, 28 de Novembro de 2020
    |  Fale connosco  |   Assinante    
 

Le PR aborde des questions d'intérêt bilatéral avec ses homologues


19.09.2019 - jeu. : 08'19 - Mise à jour 19.09.2019 - jeu. : 08'19

Luanda - Les questions d'intérêt bilatéral ont dominé mercredi, à Luanda, les entretiens séparés entre le Président de la République, João Lourenço, et ses homologues de la Namibie et du Mali, respectivement, Hage Geingob et Ibrahim Boubacar Keita.


Toujours au Palais présidentiel, le Chef de l'État angolais a reçu dans des audiences distinctes, le Président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Fátima Mahamat, la directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay, et le ministre de la Culture de Djibouti, Mounin Hassan Barreh .

Les Présidents de la Namibie Hage Geingob; du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta et d'autres entités ont participé mercredi à la cérémonie d'ouverture de la Biennale de Luanda - Forum panafricain pour la culture de paix, qui se poursuivra jusqu'au 22 de ce mois.

La Biennale est une plate-forme qui vise à développer et à consolider une culture de paix et de non-violence, déclenchant un mouvement panafricain qui promeut la diversité culturelle et l'unité africaine.

Abordé par la presse au sortir de l’audience, le ministre de la Culture de Djibouti, Mounin Barreh, a déclaré qu'il avait remis au président Joao Lourenco, un message du Chef de l’Etat de son pays, Ismael Omar Guellen.

La lettre, selon le titulaire de la Culture de Djibouti, a trait à la demande du soutien de l'Angola à la candidature du pays en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Dans l’entre-temps, le ministre angolais des Relations Extérieures, Manuel Augusto, qui a assisté aux entretiens, a expliqué à la presse que l'occasion servait au Président João Lourenço de discuter avec ses interlocuteurs de questions d'intérêt commun, en particulier la coopération existante avec ces pays.

Avec le président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Fatima Mahamat, la situation actuelle sur le continent était au centre du dialogue, avec un accent particulier sur les accords de paix signés au Mozambique et au Soudan.