Sexta, 27 de Novembro de 2020
    |  Fale connosco  |   Assinante    
 

Le registre civil massif débute en Novembre 2019


21.10.2019 - lun. : 22'09 - Mise à jour 21.10.2019 - lun. : 22'09

Ministre de la Justice et des Droits de l'homme, Francisco Queiroz (arquivo) Photo: Pedro Parente

Luanda - La campagne de Registre civil massif, qui vise à délivrer une carte d’identité nationale à tout citoyen angolais ne détenant pas jusqu’ici ce document, débute en novembre 2019.


L’objectif c’est d’enregistrer, jusqu’en l’an 2022, environ 12 millions de citoyens, soit 40 pour cent de la population générale du pays, estimée à 30 millions d’habitants, a expliqué lundi, à Lusaka, le ministre angolais de la Justice et des Droits de l’homme.

Intervenant à la cinquième Conférence Africaine des responsables chargés de délivrer les extraits d’acte de naissance et des statistiques vitales, Francisco Queiroz a affirmé que le gouvernement angolais était conscient que l’ampleur du travail, mais le secteur était prêt à relever le défi.

Dans un premier temps, le programme sera mis en œuvre dans trois provinces à designer, et il s’étendra graduellement sur tout le territoire national, au fur et à mesure que le secteur et les partenaires fourniront des ressources humaines et matérielles nécessaires à la réalisation de cette opération, a ajouté le ministre angolais dans la capitale zambienne.

La délivrance de carte d’identité est un acte de souveraineté, et ne doit pas être faite par des entreprises prestataires de service, a-t-il souligné.

Le ministre a attiré l’attention des participants à la conférence sur l’expérience amère vécue par l’Angola, qui, au cours de la dernière décennie, a gaspillé près de deux milliards d’USD en recrutant des entreprises de prestation de services informatiques.

Hélas, ce travail a été marqué par le manque de rigueur et de transparence, a-t-il regretté.

La prochaine conférence des responsables chargés des Extraits d’Acte de Naissance et des Statistiques aura lieu à Maputo (Mozambique) en 2021.