Quarta, 02 de Dezembro de 2020
    |  Fale connosco  |   Assinante    
 

La Police disperse une manifestation non autorisée à Luanda


24.10.2020 - sam. : 21'38 - Mise à jour 24.10.2020 - sam. : 21'38

Photo: Clemente

Luanda - La Police nationale a dispersé samedi, à Luanda, une manifestation non autorisée par les autorités, en raison des mesures restrictives visant à prévenir et combattre le Covid-19.


Le décret présidentiel, en vigueur depuis minuit et qui a mis à jour les mesures de prévention et de contrôle de la propagation des virus Sars-Cov-2 et Covid-19, établit que «les rassemblements, de toute nature, de plus de cinq personnes, ne sont pas autorisés sur la voie publique ».
 

Des dizaines de citoyens, encouragés par des militants de la société civile et des membres du parti UNITA, ont tenté ce samedi de protester contre la non-indication d'une date pour les élections municipales, le manque d'emplois, ainsi que d'exiger de meilleures conditions sociales.

Depuis mercredi dernier (21), les organisateurs de la manifestation ont été informés par le gouvernorat provincial de Luanda qu'ils ne devaient pas descendre dans la rue, en raison des mesures exceptionnelles et temporaires en vigueur lors de la situation de calamité publique, décrétée le 9 octobre dernier.

Dans sa notification, le gouvernorat de Luanda a également rappelé aux requérants la nécessité d'une demande d'autorisation pour la manifestation exigeant la signature d'au moins cinq promoteurs, dûment identifiés par leurs noms, professions et adresses.

La tentative de manifestation a été marquée par des actes de confrontation avec les forces de police, notamment des jets de pierres et d'autres objets, du vandalisme de biens publics, des barrières sur les routes et des pneus enflammés, par les manifestants, entraînant un nombre indéterminé de blessés et détenus.

L'ANGOP a constaté sur le lieu que les manifestants avaient tenté de couper temporairement la circulation sur certaines artères de la capitale pour protester

contre les barrières imposées par la Police nationale.

Il y a lieu de signaler que la plupart des manifestants se sont présentés sans masque, ou avec les masques placés sous le menton, ainsi que n'ayant pas respecté la distance physique.

Une source de la Police nationale a informé ANGOP que la société fera, dans les prochaines heures, une communication officielle sur les événements qui se sont produits.

En raison du climat d'insécurité élevé qui a été vécu, l'ANGOP n'a pas pu, sur place, entendre les personnes impliquées dans l'organisation de la manifestation.