Terça, 19 de Janeiro de 2021
    |  Fale connosco  |   Assinante    
 

Luanda intensifie la lutte contre le vecteur du paludisme


31.01.2019 - jeu. : 11'53 - Mise à jour 31.01.2019 - jeu. : 11'53

La mesure va réduire l'impact de la maladie sur la population

Photo: Pedro Parente



Luanda - Le Gouvernorat provincial de Luanda intensifiera du 5 au 28 février la lutte anti-vectorielle contre le paludisme dans toutes les municipalités de la capitale angolaise afin de réduire l'impact de la maladie sur la population.


Selon la directrice du Bureau provincial de la santé, Rosa Bessa, à l’approche de la saison des pluies, les étangs se multiplient, fournissant larves et moustiques, principaux émetteurs de fièvre jaune, paludisme, dengue, chikungunya et zika.

Il a ajouté qu'au cours de l'année 2018, Luanda avait enregistré un million 179 mille 415 cas, dont 1808 décès, d'où la nécessité urgente d'intensifier la lutte contre le vecteur.

Dénommée "Opération paludisme", la campagne anti-vectorielle couvre la promotion de l'utilisation de moustiquaires traitées, le traitement approprié des cas, la pulvérisation domestique d'insecticide, la gestion des sites de reproduction des larves, la fumigation, des conférences, des débats à la radio et à la télévision, ainsi que la sensibilisation porte à porte.

Le lancement de la campagne aura lieu dans la municipalité de Kilamba Kiaxi, en présence du gouverneur de la province Sérgio Luther Rescova.

En Angola, le paludisme est la principale cause de décès, de consultations médicales et d’absentéisme au travail et à l’école. C’est l’une des principales causes de morbidité et de mortalité périnatales, d’avortements, de naissances prématurées, de faible poids à la naissance, d’anémie chez les femmes enceintes de mortalité maternelle.

Il représente encore environ 35% de la demande en soins curatifs, 20% pour les hospitalisations, 40% pour les décès périnatals et 25% pour la mortalité maternelle.