Domingo, 29 de Novembro de 2020
    |  Fale connosco  |   Assinante    
 

Le MINSA craint l'effondrement du système de santé


25.10.2020 - dim. : 10'47 - Mise à jour 25.10.2020 - dim. : 10'50

Franco Mufinda, secrétaire d'État à la Santé publique Photo: Domingos Cardoso

Luanda - Le secrétaire d'État à la Santé publique, Franco Mufinda, a estimé samedi à Luanda que l'augmentation d'infections au Covid-19 dans le pays pourrait provoquer l'effondrement du système de santé, et affecter l'hospitalisation de cas graves et critiques.


Le pays compte 9 026 cas positifs, avec 267 décès, 3 461 guéris et 5 298 actifs.

Parmi les actifs, neuf sont dans un état critique, avec une ventilation mécanique invasive, 21 sévères, 122 modérés, 397 légers et 4 749 asymptomatiques.

Selon le dirigeant, qui s'exprimait lors de la séance habituelle de mise à jour des données sur la pandémie en Angola, la situation épidémiologique s'est aggravée au cours des deux dernières semaines, avec l’enregistrement de 30% du total d’infections depuis le début de la maladie dans le pays, en mars.

Le secrétaire d'État a souligné que le nombre de patients graves et critiques augmente considérablement, soit 86,9% des cas positifs se trouvant à Luanda.

En ce sens, a-t-il dit, l'Exécutif a été obligé d'aggraver les mesures restrictives, dans le cadre du nouveau décret présidentiel sur la situation de Calamité publique.

Cependant, Franco Mufinda a indiqué que les meilleurs résultats de ces changements dépendront toujours de la conscience individuelle et collective des citoyens.

Selon le responsable, le MINSA continue d'étudier le nombre d'infections quotidiennes, avec les données faisant état de l'existence de cinq pour cent de patients critiques et graves.

Franco Mufinda a souligné que le Covid-19 ne choisit pas l'âge, le sexe, les couches sociales et encore moins le militantisme partisan ou religieux.

"Une fois infectés, nous ne pourrons jamais prédire quel type de patient nous serons: asymptomatiques, avec des symptômes légers, sévères ou critiques", a-t-il insisté.

Le médecin a également expliqué que «la situation s'aggrave lorsque les poumons sont gravement touchés, il est donc essentiel de comprendre que, même avec un soutien à la ventilation mécanique, le résultat dépend de la réponse que chaque organisme manifeste.

Au vu du moment critique, la Commission interministérielle de lutte et prévention du Covid-19 dans le pays appelle au strict respect des mesures de lutte et de prévention.